Bonjour à tous!

Nous voilà déjà bientôt mi-octobre et je ne vous ai toujours pas parler de mes lectures de l’été, il est donc plus que temps de vous publier ce billet alors que j’ai déjà lu presque la moitié de ma PAL du Pumpkin Autumn Challenge et que je songe déjà à celle du Cold Winter Challenge ;)! L’automne est bien entamé désormais, il est donc temps que la transition se fasse aussi par ici! C’est parti, voici donc mes vingt lectures de l’été.

1 – Le charmant cottage d’Amelia – Abby Clements – Pocket

J’ai démarré ma PAL estivale par ce feel good book par excellence d’une autrice anglaise que j’aime beaucoup, Abby Clements. J’y ai retrouvé tout ce que j’aime dans ses romans: une atmosphère cocooning, des personnages charmants, une intrigue pleine de rebondissements, de beaux paysages … C’est léger, frais, touchant, je l’ai dévoré et j’ai déjà hâte de lire un prochain roman de cette autrice! Un vrai petit bonbon!

Résumé: “Alors qu’elle s’apprête à fêter ses 30 ans, Amelia retrouve dans un tiroir une liste de souhaits qu’elle s’était promis de réaliser. Parmi ces voeux figure en bonne place : « Vivre à la campagne, dans un cottage »… Le quotidien d’Amelia est pourtant bien différent : elle occupe avec son mari Jack un minuscule appartement à Londres, quelques mètres carrés où elle se sent étouffer à petit feu. Bien décidée à concrétiser son rêve, la jeune femme se lance avec enthousiasme à la recherche d’un cottage où s’installer. Limité par un budget serré, le couple opte finalement pour une vieille bâtisse pleine de charme, mais nécessitant d’être rénovée de fond en comble. Lorsqu’elle pose ses valises dans sa nouvelle demeure, Amélia est loin de se douter de l’ampleur des travaux à mener. Elle ignore aussi combien ce déménagement va bouleverser profondément sa vie familiale et sentimentale. De surprises en rebondissements, le cottage sera-t-il finalement prêt pour Noël ?”

2 – Croire au merveilleux – Christophe Ono-Dit-Biot – Folio

Je me suis laissée tenter par la couverture et le synopsis intriguant de ce roman que j’ai trouvé à petit prix mais finalement, je me suis véritablement ennuyée tout du long. Je suis passée totalement à côté, le traitement de l’histoire m’a surprise, je ne m’attendais pas à ça et je n’ai jamais réussi à véritablement entrer dans l’histoire, c’est vraiment dommage. Je voulais vraiment me laisser porter par ce roman atypique qui me semblait parfait pour la saison, c’est raté!

Résumé: “Et j’erre tel ce bon vieil Ulysse, sans l’espoir de retrouver, au bout des mers, le lit d’olivier où m’attend Pénélope. Pénélope m’a planté. Depuis la mort de celle qu’il aimait, César ne trouve plus la force d’élever leur petit garçon. Le jour où il décide d’en finir, une inconnue frappe à sa porte. Des îles grecques aux rivages de l’Italie, Croire au merveilleux est l’histoire d’un homme sauvé par les légendes qu’on lui racontait enfant. Une ode solaire à la transmission et aux signes du destin.”

3 –Un fragile espoir – Hannah Richell – Pocket

J’ai ensuite enchainé avec ce polar d’Hannah Richell dont j’avais déjà beaucoup apprécié le précédent roman, La maison du lac. Une atmosphère intrigante et déstabilisante, une protagoniste déboussolée et une envie de fuir son quotidien pour mieux se comprendre, voilà les éléments communs à ces deux romans dont le style est proche mais le synopsis très différent. Là encore, on entre rapidement dans l’histoire et on se laisse porter au fil des rebondissements en se posant de multiples questions. J’ai passé un excellent moment avec ce roman, ses thématiques collent parfaitement au Pumpkin Autumn Challenge, si vous cherchez toujours de quoi lire. 

Résumé: “Dora Tilde est une jeune femme comblée : un mari amoureux, une maison et un bébé en route. Pourtant, son passé la hante encore. Quinze ans plus tôt, Alfie, le jeune frère de Dora, a disparu sur la plage alors que cette dernière et sa soeur Cassie devaient le surveiller.”

4 – Bridget Jones : l’âge de raison – Helen Fielding – J’ai Lu

Après avoir lu il y a quelques années le premier tome, je me suis enfin décidé à lire la suite cet été. Si je suis absolument fan du premier film, j’avais été un peu déçue par le roman et un peu dérangée par le style d’Helen Fielding que je ne trouve pas agréable à lire. J’ai tout de même voulu persister et force est de constater que ça ne passe pas. Je suis ravie que ses romans aient été adaptés au cinéma car son écriture ne me permet pas de tomber sous le charme de ses personnages comme les films arrivent à le faire et je les apprécie tellement que cela aurait été dommage de passer à côté! En somme, je pense que je ne lirais les autres tomes de Bridget Jones et je me contenterais des films, que j’aime tant et dont je ne me lasse pas! J’aurais au moins essayé!

Résumé: “L’attachante trentenaire londonienne névrosée croit enfin avoir quitté le clan des parias de l’amour pour celui des femmes normales et épanouies. Elle file des nuits heureuses avec le beau Mark Darcy. Mais conjuguer amour, boulot, foyer et copines s’avère périlleux. En outre, la trop parfaite Rebecca rôde dans les alentours. Sa beauté, son élégance, son intelligence auront-ils raison de Mark ? Une nouvelle déception amoureuse, suivie d’un périple hasardeux en Thaïlande, attend la célèbre journaliste. Alcool, tabac, amitiés, angoisses sentimentales et professionnelles, mère envahissante, spiritualité syncrétique New-Age.”

5/6 – Les dix voeux d’Alfred & Les amours d’Alfred – Maude Mihami – Pocket 

Alors que je pensais tomber sous le charme d’Alfréd et ses histoires rocambolesques, j’avoue que je suis totalement tombée à côté là encore. Je me suis un peu ennuyée, je n’ai pas réussie à m’attacher à ces personnages même si je comprends tout à fait qu’on puisse les trouver irrésistibles et hilarants. Le langage employé m’a aussi un peu dérangé, je suis toujours troublée et perturbée dans ma lecture qui perd en fluidité. 

Résumé: “1970, Le Camboudin, petit village breton. Alfréd, 9 ans, a un prénom dont l’accent aigu lui déplaît, une mère qui picole trop et un grand-père qui tient à lui comme à la prunelle de ses yeux. Il adore traîner au bistrot avec ses copains, une joyeuse bande de vieux qui lui apprennent la vie. Avec l’aide de son vénérable papi, il va décider de passer le cap de ses 10 ans en établissant une liste de vœux à réaliser avant le grand jour. Rencontrer un vrai cow-boy, boire de la trouspignôle ou encore conduire un tracteur marqueront le début d’une série d’aventures aussi rocambolesques que réjouissantes. De vœux gâchés en moments de pure félicité, il va vivre l’année la plus incroyable de sa vie.”

Résumé: “1970, Le Camboudin, petit village breton. Alfréd, 10 ans, a toujours un prénom dont l’accent aigu lui déplaît mais désormais un chien dénommé Biscotte, une tante à qui emprunter de la lecture, une mère qui picole un peu moins et un grand-père qui tient toujours à lui comme à la prunelle de ses yeux. Il adore autant traîner au bistrot avec ses copains, une joyeuse bande de vieux qui lui apprennent la vie, que de faire des gâteaux avec Nénette.
Mais le jour où une nouvelle institutrice, Mlle Annie, arrive à l’école, rien ne va pas plus au Camboudin : le cœur d’Alfréd s’emballe – et avec lui celui des autres habitants. Alfred-le-Vieux finira-t-il par déclarer sa flamme à Victoire ? Odette restera-t-elle célibataire ? Et quid de Roger, disparu il y a longtemps, mais dont l’âme semble être enfermée dans une urne au bistrot ?
Quand l’amour se mêle à la trouspignôle, c’est toute la vie du village qui est chamboulée.

7 – La petite boulangerie du bout du monde & Une saison à la petite boulangerie– Jenny Colgan – Pocket

J’attendais de lire cette saga de Jenny Colgan depuis un moment déjà, j’ai donc été ravie de tomber dessus en seconde main à tout petit prix pour me lancer. J’aime beaucoup ce genre d’histoire, cocooning et chaleureuse, c’est toujours charmant et plein de tendresse, l’idéal pour passer un bon moment et tout oublier le temps de sa lecture. Cette nouvelle histoire n’a pas fait exception, j’ai adoré suivre les aventures de Polly, cette passionnée de boulangerie attachante à souhait dont le nouveau village semble si paisible.

Résumé: “Quand son mariage et sa petite entreprise font naufrage, Polly quitte Plymouth et trouve refuge dans un petit port tranquille d’une île des Cornouailles. Quoi de mieux qu’un village de quelques âmes battu par les vents pour réfléchir et repartir à zéro ? Seule dans une boutique laissée à l’abandon, Polly se consacre à son plaisir favori : préparer du pain. Petit à petit, de rencontres farfelues – avec un bébé macareux blessé, un apiculteur dilettante, des marins gourmands – en petits bonheurs partagés, ce qui n’était qu’un break semble annoncer le début d’une nouvelle vie…”

Résumé:  Attention SPOILER il s’agit du deuxième tome, ne lisez pas le résumé si vous souhaitez vous lancer dans la saga.

“Polly Waterford coule des jours heureux sur la paisible île de Mount Polbearne, dans les Cornouailles, entre le grand phare dans lequel elle s’est installée avec Huckle, son boyfriend, et la petite boulangerie où elle prépare chaque jour, avec passion, d’irrésistibles pains dorés. Mais lorsque le nouveau propriétaire de sa boutique fait irruption sur l’île, Polly réalise que son bonheur pourrait bien être réduit en miettes… Avec une pincée de fleur de sel, des kilos de farine et une bonne dose de volonté, réussira-t-elle à surmonter les obstacles qui se dressent sur sa route ?”

8 – Sous le soleil de Toscane – Frances Mayes – Folio

Impossible de me souvenir où j’ai repéré ce livre mais lorsque je suis tombée dessus, je n’ai pas su résister. Au final, si le début m’a plus au moins captée, j’ai finalement trouvé que l’on tournait rapidement en rond, les anecdotes devenaient similaires et rien de palpitant ne se passait. J’ai fini par lire le livre en diagonale histoire de le terminer mais j’ai été vraiment déçue. Le début est charmant, plein de nostalgie et j’ai beaucoup aimé que l’autrice intègre des recette familiale, mais rapidement, le charme s’estompe pour laisser place à l’ennuie.

Résumé: “Lors de notre premier été ici, j’ai acheté un grand cahier à la couverture de papier florentin relié de cuir bleu. Sur la première page, j’ai écrit : ITALIE. Il semblait prêt à recevoir des vers intemporels, mais j’ai commencé par y coucher des noms de fleurs sauvages, toutes sortes de projets, et du vocabulaire. J’y ai dépeint nos chambres, nos arbres et les cris des oiseaux. J’y ai copié des recommandations : “Planter les tournesols quand la lune entre dans la Balance”, sans avoir aucune idée de la période concernée. J’ai décrit les gens que nous avons rencontrés, les plats que nous avons préparés.Ce cahier bleu s’appelle maintenant Sous le soleil de Toscane, il est l’expression naturelle de mes premiers plaisirs ici. Restaurer, puis arranger la maison ; explorer les innombrables secrets de la Toscane et de l’Ombrie ; mitonner dans une autre cuisine et découvrir les liens, nombreux, entre les plats et la culture – autant de joies intenses qu’irrigue le sentiment profond d’apprendre une autre vie.”

9 – Bienvenue à Korototoka – Anne Østby – Nil Éditions

Encore une fois, voilà un roman qui m’intriguait beaucoup et qui m’a finalement laissée bien dubitative. Je ne suis pas entrée dans l’histoire, je n’ai absolument pas été touchée par les personnages que j’ai trouvé d’ailleurs bien fades et stéréotypés et l’intrigue finalement peu crédible et sans aucun rythme m’a laissé sur ma faim. La couverture était pourtant si jolie…

Résumé: “Cinq amies d’enfance quinquagénaires sur une île tropicale. Une plantation de cacao. Une idée folle. Et s’il n’y avait pas d’âge pour être heureux ni pour réaliser ses rêves ? Sina, Maya, Ingrid et Lisbeth reçoivent un jour une lettre qui vient perturber leur vie monotone. Cette lettre leur a été adressée par Kat – Kat l’aventurière –, une vieille amie de lycée qui n’a cessé de voyager, une fois son diplôme en poche : ” Viens ici ! Laisse derrière toi tout ce qui n’a pas marché. Emporte seulement ce qui compte encore pour toi et installe-toi dans une chambre à Vale nei Kat, autrement dit ‘la maison de Kat’. Cet endroit nous permettrait peut-être de nous retrouver, et s’il n’y a rien à retrouver, à nous de créer quelque chose de neuf ! ” Et voici nos cinq amies prêtes à tenter le coup. Après tout, à l’approche de la retraite, pourquoi pas tout plaquer pour aller vivre dans une plantation de cacao aux îles Fidji ? À nouveau réunies à l’autre bout du monde, au milieu de l’océan Pacifique, les cinq amies vont fabriquer du chocolat – ensemble.”

10 – Un merveilleux été / Revivre à Butternut #2 – Mary McNear – J’ai Lu

Après avoir plutôt apprécié le premier tome de cette saga, je me suis lancée dans cette “suite” qui s’intéresse à d’autres personnages de la petite ville de Butternut. Contrairement au premier tome, je suis entrée immédiatement dans l’histoire et je me suis beaucoup plus attachée aux protagonistes. Là encore, l’atmosphère du roman est douce et charmante, ça se lit tout seul et ça fait du bien au moral. Un véritable feel good book. 

Résumé: “Je reste ici, Caroline. À Butternut. Caroline reste à court de mots face à Jack, son ex mari. Quel toupet de venir s’attabler au Pearl, le café qu’elle possède à Butternut ! Cela fait dix-huit ans qu’il les a abandonnées, elle et leur fille Daisy, quittant cette petite ville tranquille du Minnesota pour des plaisirs sans doute bien plus grisants, en particulier ceux que lui procurait l’alcool. Daisy, qui est devenue cette belle jeune fille à l’aube d’une vie prometteuse. Daisy, qui découvre les tourments de l’amour et que sa mère se doit de mettre en garde contre les imposteurs. Elle n’a pas besoin que ce père indigne vienne se mettre en travers de sa route ! Caroline est furieuse. Même si Jack a changé, visiblement. Et même si, à sa seule vue, son cœur stupide s’est mis à battre deux fois plus vite. Mais, dans la paisible ville de Butternut, rien ne peut gâcher les merveilleux étés…”

11 – Appelle-moi par ton nom – André Aciman – Grasset/Pocket

Après avoir eu un coup de coeur immense pour le film, j’ai eu envie de découvrir la plume d’André Aciman et j’ai n’ai absolument pas été déçue. Ce roman est une merveille absolue de douceur, de poésie, d’amour, de sensualité. Je vous recommande de vous laisser séduire par les deux, ils se complètent à merveille et donnent deux lectures complémentaires. Une plume délicate pour un film somptueux, à lire, à voir impérativement pour prendre une bonne dose d’amour et de nostalgie de ces jours si doux.

Résumé: “Elio Perlman se souvient de l’été de ses 17 ans, à la fin des années quatre-vingt. Comme tous les ans, ses parents accueillent dans leur maison sur la côte italienne un jeune universitaire censé assister le père d’Elio, éminent professeur de littérature. Cette année l’invité sera Oliver, dont le charme et l’intelligence sautent aux yeux de tous. Au fil des jours qui passent au bord de la piscine, sur le court de tennis et à table où l’on se laisse aller à des joutes verbales enflammées, Elio se sent de plus en plus attiré par Oliver, tout en séduisant Marzia, la voisine. L’adolescent et le jeune professeur de philosophie s’apprivoisent et se fuient tour à tour, puis la confusion cède la place au désir et à la passion. Quand l’été se termine, Oliver repart aux États-Unis, et le père d’Elio lui fait savoir qu’il est loin de désapprouver cette relation singulière…”

12 – La saison des feux – Celeste Ng – Pocket

Je ne connaissais absolument pas cette auteure mais lorsque Daphné en a parlé, j’ai tout de suite su que ce roman me plairait. J’aime beaucoup ce type d’atmosphère et d’intrigue où l’on sent que tout peut être bouleversé d’un instant à l’autre. Là encore, je suis toute de suite entrée dans l’histoire, j’ai été séduite par ses personnages intrigants et leurs secrets et j’ai été captivée de bout en bout. Une très belle surprise et probablement l’une de mes meilleures lectures de l’été!

Résumé: “Rues bien droites, pelouses au cordeau : rien ne dépasse. À Shaker Heights, banlieue huppée de Cleveland, tout est luxe, calme et sérénité… Dans ce tableau bourgeois, les Richardson ne détonnent pas. Père avocat. Quatre ados sans histoire. La famille modèle. Tout le contraire de leurs nouveaux locataires : Mia Warren, artiste photographe, anticonformiste et bohême à souhait, et sa fille Pearl. Elles sont aussi nomades que les Richardson sont sédentaires, aussi libres qu’ils sont prisonniers des apparences… Alors qu’au début la cohabitation semble plutôt chaleureuse, insensiblement, les rapports vont se crisper. La tension montera dangereusement… jusqu’à l’embrasement ?”

13 – Ultima – L.S Hilton – La Bête Noire/Pocket

Troisième tome de cette trilogie dont j’attendais la fin avec impatience et qui ne m’a pas déçue. J’ai adoré retrouver Judith et ses démons, ses aventures débridées et son goût du risque qui l’amène à vivre de sacrées péripéties. Impossible de s’ennuyer avec cette trilogie qui est absolument parfaite pour l’été. À la fois légères, érotiques, dangereuses et rythmées, les mésaventures de Judith vous feront voyager à travers l’Europe et vous plongeront au coeur d’un monde sans pitié, celui des galeries d’art.

Résumé: “Si tu ne peux pas les battre, tue-les. Elisabeth Teerlinc, marchande d’art, femme fatale, sait reconnaître les faux. Après tout, elle-même n’est qu’une imitation, un personnage créé de toutes pièces. Son véritable nom, Judith Rashleigh, est enterré sous les mensonges, tout comme les hommes qui ont cru pouvoir la détruire. Prise entre les feux croisés d’un chef de la mafia serbe et d’un inspecteur italien corrompu, elle est chargée de contrefaire un célèbre tableau afin de le céder pour 150 millions de dollars à une société de vente aux enchères – celle-là même où elle fut assistante… Pour Judith, la perspective de duper son ancien chef et le monde de l’art est aussi excitante que le sexe ” extrême ” qu’elle pratique. Mais s’exposer ainsi sous les feux des projecteurs n’est pas sans risque, et le masque qu’elle s’est habilement construit menace de tomber…”

15 – Mistral perdu ou les évènements – Isabelle Monin – Le Livre de Poche

J’étais déjà tombée sous le charme de la plume d’Isabelle Monin avec son roman d’un autre genre, Les gens dans l’enveloppe, c’est donc avec plaisir que j’ai démarré la lecture de ce livre absolument bouleversant dans lequel l’autrice raconte la disparition de sa soeur et la vie qui continue sans elle. C’est tout simplement déchirant et écrit avec tellement d’amour qu’il est absolument impossible de ne pas finir en larmes. Je l’ai lu d’une traite, je suis passée par tout un tas d’émotions et j’ai été fascinée par sa plume intelligente, brillante et puissante. Une lecture poignante qu’il est impossible d’oublier. 

Résumé: “C’est une histoire intime, deux sœurs grandissent ensemble dans la France provinciale des années 1980 ; et puis l’une meurt.
C’est une histoire politique, on croit qu’on appartient à un tout ; et puis on ne comprend plus rien.
C’est l’histoire du je et du nous, ces deux-là s’intimident, ils se cherchent, parfois ils se trouvent ; et puis ils se déchirent.
C’est l’histoire de valeurs, elles disent qui on est ; et puis elles se laissent bâillonner.
C’est l’histoire d’un chanteur préféré, tendre et rebelle ; et puis il finit par embrasser les flics.
C’est l’histoire d’un hier, où ne comptait que le futur ; et puis des aujourd’hui, malades du passé.
C’est l’histoire d’un monde qui se croyait fort et paisible ; et puis il réapprend la haine.
C’est l’histoire qui nous arrive ; et puis l’impression de ne plus y arriver.
C’est une nostalgie, sans doute, mais pas seulement : dans la mémoire de ce qui fut, demeurent peut-être les graines de ce qui renaîtra, après la catastrophe.”

16 – J’ai des idées pour détruire ton ego – Albane Linyer – Nil Éditions

Ce roman très attendu de la rentrée littéraire 2019 n’a pas laissé indifférent mais encore une fois, je suis passée à côté. L’histoire aurait pu me plaire mais je n’ai pas eu “LA” rencontre avec les personnages. Je n’ai pas compris leurs réactions, je n’ai pas été sensible à leurs personnalités et je n’ai pas accroché à la plume de l’auteure. Je comprends tout à fait qu’il puisse bouleversé mais je pense que je ne suis pas le bon public pour cet univers. 

Résumé: “Léonie, 27 ans, a le flegme pragmatique. Elle travaille chez McDo pendant la journée, garde la petite Eulalie le soir et se laisse porter par la vie. C’est souvent l’image d’Angela qui lui vient quand elle ferme les yeux et se laisse aller à une douce rêverie ou à des fantasmes plus crus – car Léonie a souvent la dalle. Le jour où elle se retrouve avec Eulalie sur les bras, elle met les voiles, direction le sud de la France où, croit-elle, Angela, se languit depuis dix ans…”

17 – Hell – Lolita Pille – Grasset/Pocket

Mieux vaut tard que jamais, j’ai enfin décidé de lire ce roman incontournable des années 2000 après avoir écouté l’épisode de La Poudre consacré à Lolita Pille. Comme je m’y attendais, l’urgence qui se dégage de la plume de Lolita Pille est palpable à chaque phrase et captive instantanément. J’ai lu ce roman d’une traite lors d’une soirée aux urgences et je n’ai réussi à lâcher le livre qu’une fois terminé. Brute, sans filtre et désespéré, ce roman, fidèle à son héroïne nihiliste, se dévore comme Lolita se consume page après page. Moderne et pourtant intemporel, Hell reflète parfaitement les désillusions d’une génération perdue prête à tout pour se sentir à nouveau vivante. 

Résumé: “Je suis une pétasse. Je suis un pur produit de la Think Pink génération, mon credo : sois belle et consomme. Hell a dix-huit ans, vit à Paris Ouest, se défonce à la coke, est griffée de la tête aux pieds, ne fréquente que des filles et des fils de, dépense chaque semaine l’équivalent de votre revenu mensuel, fait l’amour comme vous faites vos courses. Jusqu’au soir où elle tombe amoureuse d’Andréa, son double masculin, séducteur comme elle, et comme elle désabusé. Ensemble, coupés du monde, dans un corps à corps passionnel, ils s’affranchissent du malaise qu’ils partagent. Mais les démons sont toujours là, qui veillent dans la nuit blanche de ces chasseurs du plaisir…”

18 – Avoue que t’en meurs d’envie – Kristen Roupenian – Nil Éditions

Autre sortie très attendue en septembre dernier, ce recueil de nouvelles est surprenant, dérangeant et pousse à l’introspection à travers les thématiques abordées et poussées à leur paroxysme. Selon moi, toutes les nouvelles ne se valent pas, certaines me semblent bien meilleures et pertinente que d’autres, et la plus connue, Cat person, fait justement partie de celles qui m’ont laissé indifférente. Une belle découverte qui m’a marqué car certaines nouvelles me restent en mémoire!

Résumé: “Un couple bien sous tous rapports héberge un ami qui tente d’échapper à une relation toxique – pour mieux sombrer dans une autre que personne n’avait vue venir et qui le détruira. Une célibataire sceptique qui suit la recette d’un vieux grimoire pour trouver l’amour est dépassée par l’apparition d’un homme parfait dans sa cave. L’anniversaire d’une petite fille inquiétante prend une tournure dramatique après qu’elle a ” souhaité ” le mal. Une jeune femme se retrouve au lit avec un homme qu’elle a rencontré peu de temps auparavant et se demande s’il ne s’agit pas d’un psychopathe déguisé en ” mec à chats “…”

19 – Les Variations sentimentales – André Aciman – Grasset

Après avoir enfin lu Appelle-moi par ton nom, il fallait que je me lance dans la lecture de ce nouveau roman tout aussi prometteur. Ici aussi, on suit l’évolution d’un homme, Paul, au fil de ses amourettes, histoires et rencontres qui font une vie. C’est absolument somptueux, emprunt de délicatesse et d’une justesse absolue. 

Résumé: “Les Variations sentimentales dresse le portrait sensible d’hommes et de femmes devant les affres de l’amour. Paul, le narrateur, nous fait les témoins privilégiés de ses aventures, de ses peines et de ses joies où tendresse et cruauté se confondent avec justesse.”

20 – La maison d’hôtes : Rose harbor #1 – Debbie Macomber – J’ai Lu

Et enfin, je termine cette PAL estivale par une lecture à nouveau légère et cosy qui booste le moral. C’est touchant, tout doux, positif, en bref, c’est une lecture qui fait du bien et dont j’ai hâte de lire la suite. Jo-Marie m’a tout de suite plu, j’ai aimé son caractère, sa personnalité et sa douceur. Une petite bulle d’amour parfait pour les jours sans!

Résumé: “Après la mort tragique de son mari, Jo-Marie décide de changer de vie, et reprend une maison d’hôtes dans la petite ville de Cedar Cove : la Villa Rose. Sa première cliente, Abby, a survécu à un accident de voiture, dans lequel sa meilleure amie a trouvé la mort. Elle n’a jamais eu le coeur à retourner dans la ville où elle est née, jusqu’à ce jour, dix ans après l’accident. Josh, le second client doit prendre en charge son beau-père, un vieil homme à présent, avec qui il ne s’est jamais entendu. Derrière les portes de la jolie maison d’hôtes, ces personnages inoubliables trouveront l’amour, le pardon et la possibilité d’un nouveau départ.”

Écrire un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It