Bonjour bonjour!

Alors que je suis actuellement en train de démarrer ma première lecture de ma pile à lire de l’été, il est temps de revenir ici vous présenter mes lectures du printemps. Je dois dire que cette année, ma PAL est un particulièrement bien remplie. L’ouverture de mon compte Bookstagram @LesLecturesDeLauralou, mes nouveaux partenariats & mes nombreuses trouvailles en boites à livres ou librairies d’occasion m’ont bien aidé. Ma PAL de l’été est déjà constituée et bien chargée mais peut-être n’est-ce pas encore votre cas, ainsi, vous trouverez peut-être quelques idées à glaner ici, bonne lecture!

1 – La boutique des petits trésors – Ella Griffin – City Poche

J’avais repéré ce livre sur Bookstagram au début de l’année mais j’ai vite déchanté lorsque j’ai vu qu’il n’était plus publié et que je n’arrivais pas à mettre la main dessus en seconde main, puis j’ai vu qu’il sortait au début du mois en version poche, pour mon plus grand plaisir. Je me suis donc empressée de l’acheter et je l’ai absolument dévoré. C’est une histoire tendre et touchante sur les nouveaux départs, qui se lit très rapidement. La construction du roman et des chapitres, autour des différents objets vendus et leurs différents acquéreurs, m’a beaucoup plu. Je n’avais pas lu de feel good depuis un moment et cela commençait à me manquer. Celui-ci est bien écrit, très agréable à lire, et les personnages sont attachants à souhait. Une très belle lecture que je vous recommande pour cet été, au bord de la piscine.

Résumé: “Alors qu’elle a rompu avec son fiancé et que sa chère grand-mère vient de décéder, l’univers de Nora s’effondre. Elle quitte Londres pour retourner dans la ville de son enfance, où la vieille dame lui a laissé un héritage d’objets accumulés. Déchirée à l’idée de vendre ces mille et un souvenirs aux enchères à des inconnus, la jeune femme décide d’ouvrir « La boutique des petits trésors ». Et, peu à peu, chaque objet trouve un nouveau foyer digne de lui, s’offrant ainsi une deuxième vie et une nouvelle histoire. Tandis que Nora égrène ses souvenirs le coeur serré, elle découvre des notes manuscrites sur chaque objet, levant ainsi le voile sur le passé mystérieux et fascinant de sa grand-mère. Et si Nora distille le bonheur avec ses petits trésors, n’a-t-elle pas droit, elle aussi, à un nouveau départ et une chance d’être heureuse ?”

2 – Les élucubrations d’un homme soudain touché par la grâce – Edouard Baer – Édition du Seuil

Ma sœur m’a prêté cet ouvrage d’Edouard Baer que j’étais très curieuse de découvrir. Il faut dire que j’apprécie particulièrement le personnage comme le comédien. A mi-chemin entre la pièce de théâtre et la réflexion personnelle, cet ouvrage ressemble complètement à son auteur, à tel point qu’on ne peut le lire sans avoir sa voix en tête, ce qui rend le tout encore plus cocasse. Ce n’est pas un coup de cœur car je m’attendais à quelque chose de plus long et développé, mais j’ai passé un bon moment de lecture et je serais curieuse de découvrir la pièce sur scène.

Résumé: “Dans un théâtre, soudain un homme surgit, l’air en fuite. Qui est à ses trousses ? Y a-t-il vraiment une menace ? Il pourrait faire marche arrière, retourner à sa vie. Il est encore temps. Juste une excuse à trouver : un moment de panique, une erreur d’aiguillage, une rencontre imprévue. Ou au contraire larguer les amarres, pour toujours. Au cours de ce moment suspendu où tout peut basculer, il se prend à imaginer d’autres vies. De grands destins. L’appel du large. Il invoque ses maîtres et se rêve André Malraux, Charles Bukowski, Thomas Bernhard, Romain Gary… Qu’auraient-ils fait à sa place ? Et lui, s’il osait être lui, que ferait-il ? Un moment dans la vie d’Edouard Baer, acteur et metteur en scène français. Une introspection publique ; un moment d’exhibitionnisme extrême. Mais aussi un hommage à des maîtres, comme une statue intérieure. Un exercice d’admiration.”

3 – Meurtre et séduction • Les enquêtes de Lady Rose – MC Beaton – Albin Michel

Voici Lady Rose, la nouvelle héroïne de Mc Beaton après Agatha Raisin et Hamish Macbeth. Cette fois-ci, on plonge au cœur de l’époque victorienne et l’on suit Lady Rose, une lady qui affirme ses opinions féministes et positions politiques sans jamais se laisser faire. Guidée par son intuition, Lady Rose s’avère être une redoutable enquêtrice amateur lorsqu’elle se retrouve confrontée au meurtre d’un aristocrate. Cette nouvelle saga composée de seulement 4 tomes est tout aussi divertissante et charmante que les précédentes, voilà donc un nouveau cosy mystery à ne pas manquer!

Résumé: “Belle et rebelle, telle est Lady Rose. Après s’être compromise avec les suffragettes, au grand désespoir de ses parents, la jeune fille de bonne famille fait une entrée désastreuse dans la haute société londonienne… Ce qui ne dissuade pas un Sir aux allures distinguées de lui faire les yeux doux. Très louche, selon le père de Lady Rose, qui charge le capitaine Harry Cathcart, aristocrate désargenté, d’en savoir plus sur le prétendant… En démasquant un imposteur, Harry se découvre des talents de détective privé. Et une petite fortune à se faire ! Lorsqu’au beau milieu d’une réception, un meurtre est commis, il propose à Lady Rose de faire équipe avec lui. L’occasion idéale pour l’indocile jeune femme d’échapper à la chasse au mari…”

4 – Hamish Macbeth • Qui prend la mouche – Mc Beaton – Albin Michel

Après Agatha, voici Hamish, policier dans un village perdu des Highlands en Écosse. Tout aussi atypique et attachant qu’Agatha Raisin, Hamish Macbeth résout lui aussi des enquêtes dans un cadre bucolique à souhait, ambiance tout aussi cosy donc. Cette première enquête n’est pas un coup de cœur et met du temps à démarrer mais elle installe le cadre et les personnes de cette nouvelle saga dont j’ai hâte de découvrir la suite! Pour le moment, je reste team Agatha!

Résumé: “Policier du petit village de Lochdubh situé au beau milieu des Highlands en Écosse, Hamish Macbeth manque totalement d’ambition professionnelle mais il peut cependant compter sur son intuition naturelle pour mener à bien ses enquêtes. Ses qualités lui seront bien utiles quand le corps sans vie de Lady Jane Winters, langue de vipère notoire et participante au stage de pêche à la mouche du village, est retrouvé dans la rivière. Secondé par la délicieuse Priscilla Halburton-Smythe, Hamish s’immerge en eaux troubles pour démasquer l’assassin. Vous aimez Agatha Raisin ? Vous allez adorer Hamish Macbeth ! Comme sa grande soeur Agatha, cet Hercule Poirot à la sauce écossaise entraîne le lecteur dans des aventures totalement déjantées sorties tout droit de l’imagination de M.C Beaton. Avec, en prime, le charme des lochs, des highlanders mystérieux et des châteaux hantés. Attention, fantômes !”

5 – Pour le meilleur et pour le pire – Mc Beaton – Albin Michel

Déjà le cinquième tome d’Agatha Raisin et je ne m’en lasse toujours pas. J’avais donc hâte de lire celui-ci, que j’ai beaucoup aimé. Découvrir un peu le passé d’Agatha la rend encore un peu plus sympathique et attachante et la situation rend plus crédible l’évolution de sa relation avec James. Le prochain tome promet d’être cocasse et ensoleillé puisque l’on quitte l’Angleterre pour Chypre! J’ai hâte de voir ce que MC Beaton nous réserve et d’apprendre à connaître encore mieux Agatha, qui ne cesse de me faire mourir de rire!

Résumé: “Incroyable mais vrai : James Lacey, le célibataire le plus convoité des Cotswolds, a cédé au charme de sa voisine, la pétillante quinqua Agatha Raisin ! Hélas, le conte de fées est de courte durée : au moment où les tourtereaux s’apprêtent à dire « oui », Jimmy, l’ex-mari d’Agatha, surgit en pleine cérémonie… Furieux de découvrir que sa future femme est déjà unie à un autre, James abandonne Agatha, désespérée, au pied de l’autel. Le lendemain, Jimmy est retrouvé mort au fond d’un fossé. Suspect n°1, le couple Agatha-James se reforme le temps d’une enquête pour laver leur réputation et faire la lumière sur cette affaire.”

6 – Randonnée mortelle – Mc Beaton – Albin Michel

Quatrième tome d’Agatha Raisin et c’est toujours un plaisir à lire. J’ai beaucoup aimé le fait de laisser un peu de côté Carsely pour Dembley et de voir Agatha & James se réunir et jouer au couple marié pour résoudre ce meurtre. Petit bémol néanmoins sur le final où j’ai trouvé que les choses allaient trop vite. Malgré tout, les aventures d’Agatha Raisin restent pour moi un véritable moment de détente, c’est une lecture doudou donc je fais abstraction de ce genre d’éléments!

Résumé: “Après un séjour de six mois à Londres, Agatha retrouve enfin ses chères Cotswolds – et le non moins cher James Lacey. Même si le retour au bercail de son entreprenante voisine ne donne pas l’impression d’enthousiasmer particulièrement le célibataire le plus convoité de Carsely. Heureusement, Agatha est très vite happée par son sport favori : la résolution d’affaires criminelles. Comme le meurtre d’une certaine Jessica, qui militait pour le droit de passage de son club de randonneurs dans les propriétés privées des environs. Les pistes ne manquent pas : plusieurs membres du club et quelques propriétaires terriens avaient peut-être de bonnes raisons de souhaiter sa disparition. Mais la piste d’un tueur se perd aussi facilement que la tête ou… la vie !”

7 – Rendez-vous avec le poison – Julia Barreau – La Bête Noire

Nouveau tome des détectives du Yorkshire, toujours aussi plaisant à lire. L’enquête de chaque tome qui se mêle à l’histoire en fil rouge tout aussi mystérieuse est un format qui me plait beaucoup, j’ai toujours hâte de retrouver les habitants de Bruncliffe et suivre la vie du village. J’ai un peu moins aimé cette enquête là, surtout parce que tout le monde s’en prend à Samson, que j’apprécie vraiment, mais je sens qu’on se rapproche de plus en plus de la vérité concernant certaines situations et personnages et j’ai hâte de découvrir ça. Cette saga est vraiment très agréable à lire, on s’attache aux personnages, au village et la dose de mystère distillée dans chaque roman donne envie de dévorer chaque tome.

Résumé: “La mort a très mauvais goût. Il y a comme un vent de printemps qui souffle sur Bruncliffe. Mais la belle saison est loin de profiter à tout le monde… Mêlé à une affaire de meurtre, Samson O’Brien doit répondre aux questions pressantes de la police. Et quand son passé est révélé au grand jour, c’est la ville entière qui se ligue contre lui. Dans toute cette agitation, il n’y a que le vétérinaire du coin pour s’inquiéter d’une série de morts inhabituelle au sein de sa clientèle canine : plusieurs chiens ont été empoisonnés. Il sollicite alors les services de Samson et Delilah, qui vont devoir braver les foudres des habitants pour résoudre ce mystère.”

8 – Rendez-vous avec le mystère – Julia Barreau – La Bête Noire

Parmi toutes les sagas du genre et parmi celles que j’ai pu lire (j’en ai pas mal d’autres dans ma liste), celle-ci est vraiment ma favorite. J’y retrouve l’atmosphère de petit village anglais, ses cottages plein de charme et ses habitants haut en couleur que j’aime tant. Les intrigues sont bien construites, les caractères des personnages et leurs relations avec chacun bien développés et la plume est fluide et très agréable à lire. Ce troisième tome est toujours aussi chouette, je l’ai dévoré. J’ai adoré retrouver Samson et Delilah et les suivre dans leurs pérégrinations. L’enquête m’a captivé et l’intrigue en fil rouge avance petit à petit, j’ai déjà hâte de me lancer dans le quatrième tome la semaine prochaine.

Résumé: “Engagé par le notaire Matty Thistlethwaite pour retrouver le certificat de décès d’une femme morte il y a vingt ans, le détective privé Samson O’Brien imagine l’affaire vite pliée. Mais dans le petit village de Bruncliffe, les choses sont rarement aussi simples. Surtout que Matty insiste pour que Delilah Metcalfe, avec sa connaissance intime de la région et de ses habitants, collabore à l’enquête. Au fil de leurs investigations, Samson et Delilah se retrouvent entraînés dans un mystère qui pèse sur Bruncliffe depuis des décennies. En cherchant la vérité, ils vont déterrer des secrets que certains auraient préféré garder bien enfouis”

9 – Les enfants sont rois – Delphine de Vigan – Gallimard

Impossible de passer à côté des romans de Delphine de Vigan, chaque sortie est un événement littéraire et celui-ci n’a pas fait exception. J’ai été ravie de le recevoir pour mon anniversaire, j’ai toujours apprécié la plume de l’autrice et j’étais assez intriguée par le traitement du sujet. Si je l’ai lu très rapidement grâce à une plume fluide et efficace, le coup de cœur n’a pas été au rdv. Je suis d’ailleurs toujours un peu mitigée à propos de cette lecture effectuée au début du mois. J’ai trouvé qu’il y avait beaucoup de jugement de la part de l’autrice sur le monde de l’influence en général, j’ai eu un peu l’impression qu’elle mettait tout le monde dans le même panier et cela m’a un peu dérangé. Si je comprends le point de vue de fond, j’ai trouvé qu’il y avait quelques maladresses. Il s’agit pour moi d’un domaine beaucoup plus complexe que cela qui aurait mérité un peu plus de nuance. Néanmoins, les pages se tournent très rapidement, on a très envie de connaître le fin mot de l’histoire.

Résumé: ” La première fois que Mélanie Claux et Clara Roussel se rencontrèrent, Mélanie s’étonna de l’autorité qui émanait d’une femme aussi petite et Clara remarqua les ongles de Mélanie, leur vernis rose à paillettes qui luisait dans l’obscurité. “ On dirait une enfant ”, pensa la première, “elle ressemble à une poupée”, songea la seconde. Même dans les drames les plus terribles, les apparences ont leur mot à dire. À travers l’histoire de deux femmes aux destins contraires, le roman explore les dérives d’une époque où l’on ne vit que pour être vu. Des années Loft aux années 2030, marquées par le sacre des réseaux sociaux, Delphine de Vigan offre une plongée glaçante dans un monde où tout s’expose et se vend, jusqu’au bonheur familial.”

10 – Les filles du Manoir Foxcote – Eve Chase – Nil 

Pour ma dernière lecture du mois de juin, j’ai choisi ce nouveau roman d’Eve Chase, dont j’avais beaucoup aimé le précédent roman, Un manoir en Cornouailles. J’y ai retrouvé plus ou moins les mêmes éléments que j’avais beaucoup apprécié : des histoires de famille, des mystères, et des lieux de vie étranges et chargés d’histoire. Je l’ai lu quasiment d’une traite et j’ai de nouveau beaucoup apprécié l’atmosphère du roman. 

Résumé: “Une famille. Un secret. Un été tragique. Des vies bouleversées à jamais. Gloucestershire, août 1971. Un bébé est retrouvé dans les bois du manoir de Foxcote. La famille Harrington, endeuillée par une terrible tragédie, recueille avec joie la petite fille et décide de l’élever en secret. Mais ce bonheur familial est très vite ébranlé par la découverte d’un cadavre sur la propriété. Des années plus tard, Sylvie, désireuse d’éclaircir des zones d’ombre de sa vie, est à son tour entraînée dans les bois majestueux et sauvages de Foxcote, là où rien n’est tout à fait ce qu’on croit. Sylvie découvrira-t-elle la vérité et osera-t-elle la révéler ? Onirique et mystérieux, Les Filles du manoir Foxcote nous plonge au cœur de sombres secrets de famille qui bouleverseront à jamais les vies de trois femmes.”

11 – Ta main sur ma bouche – Déborah Saïag & Mika Tard – Nil

Voilà un roman qui ne laisse pas de marbre, bien qu’il n’aura pas su totalement me convaincre. Ta main sur ma bouche questionne sur la complexité à l’ère MeToo, des répercussions d’une accusation de viol au sein d’un groupe d’amis. Un sujet d’actualité donc, un sujet délicat tant le passé et l’histoire de chacun entre en jeu dans la perception d’un tel événement. Le roman, qui se place comme une sorte de témoignage, est percutant et marquera les esprits. Chacun pourra se questionner et remettre en perspective d’éventuels faits. Cependant, la fin est trop abrupte et plus ou moins hors contexte pour moi, je n’ai pas compris la nécessité d’aller aussi loin, c’est un peu dommage.

Résumé: “Édouard et Alison, dite Ali, sont en couple depuis deux ans quand l’ex d’Édouard publie un #MeToo dans lequel elle accuse un de leurs amis de l’avoir violée. Au cours des quelques heures qui suivent, le destin d’Édouard et d’Ali bascule à tout jamais…”

12 – Nous sommes les étoiles – Rowan Coleman – Hauteville

Voilà un joli roman qui saura séduire les amateurs de Jojo Moyes, même si de mon côté, j’ai trouvé que c’était tout de même moins poignant. La plume est fluide et agréable à lire et les chapitres sont entrecoupés des lettres de témoignages de patients en fin de vie recueillis par Stella, infirmière de nuit, qui dynamisent la lecture et apportent la touche de douceur et d’émotion. C’est un joli feel-good qui vous fera passer un bon moment de lecture et qui délivre un message universel: profitez de chaque instant!

Résumé: “Infirmière de nuit, Stella côtoie de nombreux patients en fin de vie. Pour leur apporter un peu de sérénité, elle les aide à écrire une lettre à la personne de leur choix, qu’elle ne poste qu’après leur décès. Déclarations d’amour, confessions, Stella voit défiler une infinité d’instants de vie. Son dévouement lui permet d’oublier le chagrin qui pèse sur son foyer. Depuis qu’il est rentré de la guerre, son mari, gravement blessé, s’est replié sur sa douleur. À l’hôpital, Stella se lie d’amitié avec une jeune patiente atteinte de mucoviscidose. Hope passe son temps à lire dans sa chambre, malgré les encouragements de son meilleur ami, qui l’incite à profiter de sa jeunesse tant qu’il en est encore temps. Et si en lui venant en aide Stella renouait elle aussi avec la joie de vivre ?”

13 – La femme à l’étage – Rachel Hawkins – Hauteville

J’ai dévoré ce polar en une journée. Il se lit très rapidement, le style est fluide et l’intrigue sympathique. Il s’agit d’une réécriture de Jane Eyre à l’époque contemporaine, un polar parfait pour l’été qui arrive en somme, à lire les pieds dans l’eau.

Résumé: “On a tous besoin d’une seconde chance… Jane vient d’arriver en Alabama, où, faute de mieux, elle exerce le métier de pet-sitter. Dans la résidence cossue où elle promène des chiens toilettés, on croise de rutilants 4×4 et des femmes au foyer qui s’ennuient ferme entre deux manucures. Le genre d’endroit où personne ne remarquera si elle vole quelques bibelots. La chance lui sourit lorsqu’elle se fait renverser par une voiture. À son bord, Eddie Rochester, le résident le plus mystérieux de Thornfield Estates, qui met un point d’honneur à lui venir en aide. Il est beau, riche, et pas insensible à son charme. Et puisqu’il est veuf, la voie est libre. Pourtant Jane est hantée par Bea, sa défunte épouse, une femme belle, sophistiquée et ambitieuse. Pourra-t-elle prendre sa place dans le coeur d’Eddie ?”

14 – Bretzel & Beurre salé – Margot et Jean Le Moal – Calmann Lévy

Encore un cosy mystery, et oui, mais cette fois-ci, on reste en France! Direction la Bretagne pour cette nouvelle série. En dehors de la couverture que je trouve très belle, j’ai adoré le premier tome de cette série. Les chapitres sont très courts et dynamisent la lecture, c’est très agréable. Les auteurs prennent le temps de planter le décor, ce qui permet une plongée au cœur de Locmaria et de ses habitants attachants et plein de caractère. J’ai beaucoup aimé le fait de pouvoir découvrir Locmaria et ses habitants en même tant que Cathie, que j’ai hâte de voir évoluer dans le village. L’atmosphère est très chouette, l’intrigue réussie, c’est un plaisir à lire! Une série prometteuse donc, j’ai hâte de découvrir le tome 2.

Résumé: “Mais qui est le nouveau propriétaire mystère de la plus belle maison de Locmaria, celle de la pointe de Kerbrat ? Tout ce paisible village du Finistère le guette depuis des semaines et voilà que débarque, en pleine tempête, Cathie Wald, une pimpante Strasbourgeoise. La cinquantaine, divorcée, caractère bien trempé, elle a décidé de prendre un nouveau départ en Bretagne, et d’ouvrir à Locmaria un restaurant de spécialités alsaciennes. La plupart des habitants l’accueillent à bras ouverts, ravis de ce petit vent de changement. Mais certains voient son installation d’un mauvais oeil. Et ne tardent pas à lancer les hostilités. Après une soirée choucroute, un notable du village s’effondre, et Cathie est accusée de l’avoir empoisonné. Une tentative de faire plier bagages à l’étrangère ? Quoi qu’il en soit, Cathie n’est pas du genre à se laisser intimider. Et rien ne l’arrêtera pour prouver l’innocence de sa choucroute traditionnelle, quitte à se lancer elle-même sur les traces du coupable.”

15 – Une question d’attitude – Alexander McCall Smith – Éditions du Masque

Après avoir été un peu déçue par le premier tome, j’ai tenté le troisième et j’ai bien fait car j’ai beaucoup plus apprécié. Dans le premier tome, c’était étrangement l’enquête qui m’avait intéressée, et pas du tout le côté privé. Cette fois-ci, il n’y a pas d’enquête mais j’ai bien accroché avec l’histoire. J’ai davantage apprécié les personnages et même si on voit un peu les choses venir, on passe un bon moment. Ce n’est pas un coup de cœur mais une lecture sympathique, le roman se lit assez rapidement, je pense donc tenter un autre tome de la saga si je tombe dessus dans ma librairie d’occasion.

Résumé: “Isabel Dalhousie, rédactrice en chef de la très respectée Revue d’éthique appliquée, fait la connaissance de Tom Bruce, homme d’affaires texan en visite à Édimbourg. Cette rencontre déclenche une série de quiproquos. La jeune fiancée de Tom semble beaucoup s’intéresser à la gent masculine. Isabel la soupçonne d’être avec Tom par intérêt. Cette situation pose d’intéressants problèmes philosophiques, surtout quand il s’agit d’affaires de cœur : Quand faut-il dire la vérité ? Quand doit-on se taire ? Pour Isabel, tout est une question d’attitude…”

16 – Un meurtre peut en cacher un autre – Hannah Dennison – City Poche

Ce week-end, j’ai dévoré le second tome de cette saga cosy mystery écrite par Hannah Dennison que j’ai démarré en début d’année. Je suis absolument fan de l’atmosphère de cette saga, j’adore suivre les aventures des habitants de Honeychurch, ce domaine et ce village perdu dans la campagne anglaise. On est dans un véritable cosy mystery, tous les codes du genre sont là pour mon plus grand plaisir. Si dans ce tome-ci il n’y a pas réellement d’enquête à proprement parler, il règne tout de même une atmosphère un peu mystérieuse autour d’un projet de construction de ligne ferroviaire, entre autre. Cette saga est sans conteste l’une de mes favorites du genre, j’ai déjà hâte de lire les autres tomes. Si comme moi vous aimez suivre les aventures d’Agatha Raisin, je vous recommande vivement de vous lancer dans cette très chouette saga.

Résumé: “Une ligne de train à grande à vitesse qui va passer tout près de Honeychurch ? Shocking ! Les habitants du village refusent d’en entendre parler, décidés à préserver la tranquillité de ce coin de campagne anglaise. À tout prix. Alors, lorsque le représentant du ministère des Transports est assassiné, tout le monde devient suspect. Pire : les meurtres s’enchaînent comme les scones à l’heure du thé ! Vendetta d’opposants au projet ? Règlement de comptes local ? Kat Stanford, qui vit dans l’une des vieilles bicoque du domaine, doit absolument découvrir qui est le coupable. D’autant que les meurtres parviennent bientôt aux oreilles de son ennemie jurée, Trudy Wynne. Cette journaliste de la presse à scandale est bien décidée à se venger de Kat qui lui a « volé » son mari ! C’est une occasion bien trop belle pour la laisser passer…”

17 – La libraire de la place aux herbes – Éric De Kermel – J’ai Lu

Ce roman était dans ma wishlist depuis un long moment, j’étais donc ravie de le trouver d’occasion pour enfin le découvrir. Le titre, comme la couverture, semblait me dire qu’il était fait pour moi et si je n’ai pas eu le coup de cœur escompté, il s’agit néanmoins d’une très bonne lecture. Si je regrette l’installation un peu trop rapide de Nathalie dans sa nouvelle ville, dans sa librairie et la découverte de ce nouveau métier (le sujet m’intéresse profondément), j’ai beaucoup aimé l’idée de la voir guider ses clients à travers le choix des livres qu’elle leur propose. La littérature comme support de vie et guide spirituel, est une idée qui me plait beaucoup. La bienveillance et la sagesse de Nathalie envers ses clients qui deviennent de véritables rencontres est un plaisir à lire. Chaque chapitre délivre un message à méditer à travers l’histoire vécue par le personnage et même s’il cela n’est pas toujours très réaliste, c’est doux et cela fait beaucoup de bien! La réflexion proposée dans ce roman me plait beaucoup, j’aime cette philosophie de vie, cette façon de voir les choses. A noter, chaque personnage est lié à une liste d’ouvrages listés à la fin, de quoi agrandir sa wishlist!

Résumé: “Quand les livres inspirent et aident à mieux vivre… La librairie de la place aux Herbes à Uzès est à vendre ! Nathalie saisit l’occasion de changer de vie pour réaliser son rêve. Devenue passeuse de livres, elle se fait tour à tour confidente, guide, médiatrice… De Chloé, la jeune fille qui prend son envol, à Bastien, parti à la recherche de son père, en passant par Tarik, le soldat rescapé que la guerre a meurtri, et tant d’autres encore, tous vont trouver des réponses à leurs questions. Laissez-vous emporter par ce voyage initiatique au pays des livres..”

18 – Juste avant le bonheur – Agnès Ledig – Pocket

Je suis tombée sur ce roman d’Agnès Ludig dans une boîte à livres, l’occasion était donc parfaite pour enfin prendre le temps de découvrir un roman de cette actrice que l’on m’a souvent recommandé. La plume est fluide et efficace, les pages se tournent rapidement, tant, que j’ai lu le roman d’une traite. Je passais un bon moment de lecture jusqu’à ce que survienne un événement que je n’avais pas anticipé et qui a changé ma lecture. Je pensais partir sur un véritable roman feel-food, j’ai donc été surprise et déstabilisée pour le reste de ma lecture. J’ai évidemment été très touchée par cette histoire mais la brutalité de cet événement que je n’attendais pas m’a réellement brisé le cœur. Ce n’est pas une histoire facile à lire, même si l’espoir et la résilience sont là. J’ai bien envie de découvrir un autre de ses romans, mais s’ils sont tous aussi difficile, ce ne sera pas pour maintenant.

Résumé: “Cela fait longtemps que Julie ne croit plus aux contes de fée. Caissière dans un supermarché, elle élève seule son petit Lulu, unique rayon de soleil d’une vie difficile. Pourtant, un jour particulièrement sombre, le destin va lui tendre la main. Emu par leur situation, un homme généreux les invite dans sa maison du bord de mer, en Bretagne. La chance serait-elle enfin en train de tourner pour Julie ?”

19 – Bridget Jones – L’âge de raison – Helen Fielding – J’ai Lu

Après avoir lu les deux premiers tomes il y a quelques années, il était temps d’attaquer le 3ème, le seul n’ayant pas été adapté au cinéma. Un avantage pour lui d’ailleurs, car j’ai eu beaucoup de mal à accrocher aux autres, étant une grande grande fan des films. Malheureusement, ce tome ne fera pas exception. Mais cette fois, ce n’est pas tant l’écriture qui m’a gêné, je crois que je me suis fait à ce style, en revanche l’histoire m’a perdue. Le début me plaisait bien puis très vite, il y a eu beaucoup de longueurs et pas mal de passages pas forcément passionnants. J’ai beaucoup aimé les moments où elle parlait de Marc, très touchants mais trop peu nombreux, j’aurais préféré que l’on se concentre davantage dans cette reconstruction et l’importance d’avancer, cela m’aurait bien plus touchée. En somme, un tome en demi-teinte qui aurait gagné à condenser certaines intrigues.

Résumé: “Que faire lorsque votre toy boy fête ses 30 ans le soir où votre meilleure amie célèbre ses 60 ans ? Est-il moralement condamnable d’aller chez le coiffeur quand vos enfants ont attrapé des poux ? Est-ce mal de tricher sur son âge sur les sites de rencontre ? Confrontée à ces graves problèmes, et à quelques autres non moins angoissants, Bridget relève courageusement le défi d’élever seule deux jeunes enfants, d’apprendre à maîtriser tweets et textos et, surtout, redécouvre sa sexualité à l’heure de – aïe ! le mot qui fâche – l’âge mûr.”

20 – Au service secret de Marie-Antoinette – L’enquête du Barry – Fréderic Lenormand – Lamartinière 

Encore une nouvelle saga de cosy mystery qui me faisait bien envie! Cette fois-ci, exit l’Angleterre et ses charmants cottages, puisque l’intrigue se déroule à Versailles, sous les ordres de Marie-Antoinette. Si je n’ai pas eu de coup de cœur, notamment parce que cette première enquête ne m’a pas réellement passionnée, j’ai apprécié ce duo d’enquêteurs incongru et la légèreté de ton de cette saga. Je compte bien lire les autres tomes pour plonger davantage dans cette atmosphère un brin décalée et originale, en espérant être plus captivée par les prochaines enquêtes (et puis ces couvertures sont si jolies).

Résumé: “Une comédie policière endiablée et drôle, au service de son intrépide Majesté ! Les bijoux de la Comtesse du Barry ont disparu quatre ans plus tôt. Depuis, les cadavres s’amoncèlent. La reine Marie-Antoinette missionne un improbable duo d’enquêteurs, Rose et Léonard, qui ne cessent de se chamailler, pour œuvrer ” en toute discrétion “, de Paris à Versailles ! La grande organisatrice ! Marie-Antoinette est reine depuis peu, mais s’ennuie déjà à périr ! Son mari, Louis XVI, est un benêt : elle décide de s’occuper elle-même des affaires du royaume… Détective amateur n°1 ! La couturière Rose Bertin est aussi exigeante avec son dé à coudre qu’envers son entourage ! Un tantinet perfectionniste, elle ne supporte pas la désinvolture de Léonard. Détective amateur n°2 ! Le coiffeur Léonard Autier manie mieux le peigne sur autrui que sur lui-même. Véritable noceur, il compte bien remplir sa mission, en dépit de l’agaçante partenaire qu’on lui impose…”

21 – La morsure de la goyave – Maria eugenia Mayobre – Nil

Ce que j’aime tout particulièrement chez Nil, c’est sans conteste leur travail incroyable sur les couvertures de leurs romans, je me laisse toujours tenter par des romans que je n’aurais pas forcément lu si je n’avais pas été séduite par la beauté de la couverture, cela me permet donc en plus de faire de belles découvertes. Ici, c’est complètement le cas. Et si ce n’est pas un coup de cœur, j’ai passé un bon moment de lecture. La plume est fluide et agréable, on est rapidement embarqué dans cette histoire intrigante. Je l’ai lu d’une traite, j’étais happée par ces destins de femmes et je voulais avoir le fin mot de l’histoire. Malheureusement, je suis restée sur ma faim car finalement, je n’ai pas eu la réponse que j’attendais et l’enjeu du roman a perdu de son sens à ce moment là. Une lecture en demi-teinte donc mais que je suis ravie d’avoir découvert.

Résumé: “Quelque part en Amérique latine, un après-midi de l’année 1939, Julia frappe à la porte de doña Yolanda pour demander du travail. Nul ne se doute alors que grandit en elle le fruit d’un péché. Lorsque Julia accouche, la maîtresse de maison prédit que l’enfant, Alfonso, sera responsable du destin tragique des femmes de la famille. Hélas, la prophétie se réalise : doña Yolanda puis toutes ses descendantes sombrent dans la folie. Quand Primitiva, l’arrière-petite-fille timide de doña Yolanda, perd la raison à son tour, elle laisse place à son alter ego Mulatona, une femme forte et irrévérencieuse… Comment un homme a-t-il pu provoquer la folie de toutes les femmes de cette famille ?”

22 – Signes intérieurs de richesse – Rachel Vanier – Nil

Nouvelle découverte grâce à Nil, ce roman de Rachel Vanier qui m’a intriguée encore une fois par sa couverture. Signes intérieurs de richesse est un roman extrêmement moderne et ancré dans notre époque, qui interroge notre rapport à la richesse et au désir dans une société en perte de sens où l’on cherche plus à avoir (l’argent a une place central dans le roman) qu’à être (un sujet aussi très présent). J’ai beaucoup aimé la plume de l’autrice, très contemporaine et la construction du roman où l’on suit le parcours étonnant voir cocasse d’Anita. Je l’ai lu quasiment d’une traite et j’ai vraiment bien aimé les questions soulevées et la « moral » de l’histoire. C’est un roman très agréable à lire, à la fois drôle et satirique qui ouvre la réflexion. Une belle découverte!

Résumé: “Assise au milieu de voyageurs pressés, ignorant tout du drame à l’oeuvre sous leurs yeux, je me refais le film de ces derniers mois. Comment j’ai appris le trading, comment je suis passée à la télé, comment je me suis endettée jusqu’au cou, comment j’ai failli épouser un auteur raté, et surtout, surtout, comment je suis presque devenue millionnaire. Anita, vingtenaire, n’a pas la vie qu’elle espérait. Célibataire et ” cheffe de projets “, elle gagne à peine de quoi payer le loyer de son studio-cagibi et ses pâtes au beurre. Jusqu’au jour où tout bascule : c’est décidé, elle va devenir riche, très riche !”

23 – Gray – Leonie Swann – Nil

Voilà un roman atypique et décalé comme je les aime. Une enquête oui, mais menée par un universitaire farfelu et dépassé par les événements et le perroquet du mort, aussi attachant qu’intriguant. Ce duo incongru forme une équipe d’enquêteurs irrésistible, j’ai adoré les suivre dans leurs pérégrinations et les voir avancer, puis reculer et patauger dans la résolution du crime. À l’image d’un cosy mystery, l’enquête en elle-même n’est pas forcément incroyable, mais l’atmosphère du roman est très chouette et donne tout son relief à l’histoire. Je l’ai lu très rapidement, j’ai adoré suivre les aventures de ce duo attachant à souhait et je meurs d’envie de prendre un train pour Cambridge (le mini glossaire à la fin propose quelques chouettes adresses que j’ai très envie de découvrir!). Je me suis déjà noté le précédent roman de l’autrice qui a l’air dans la même veine dans ma wishlist!

Résumé: “Augustus Huff, enseignant à la célèbre université de Cambridge, est bien ennuyé : un de ses étudiants a trouvé la mort après une chute de plusieurs mètres. Tragique accident ou meurtre de sang-froid ? Augustus penche pour la seconde hypothèse, car le disparu était tout sauf un ange. Avec l’aide de Gray, le perroquet du défunt, il part à la recherche de l’assassin. Mais l’oiseau se révèle être fort en bec et l’enquêteur pas franchement doué. Rapidement, c’est Gray qui posera les bonnes questions et conduira Augustus sur les traces du coupable.”

24 – Pas de pissenlits pour le cadavre – Andrea H Japp – Pygmalion

J’attendais de lire ce roman avec impatience, j’ai complètement flashé sur sa couverture à sa sortie et la promesse de découvrir un nouveau cosy murder ne pouvait que me séduire. Si j’ai passé un bon moment de lecture en compagnie de Chloé et Louise, je n’ai pas retrouvé les éléments d’un cosy murder, genre que j’aime tant. Il s’agit pour moi d’un bon roman policier mettant en scène des héroïnes haute en couleurs dont je n’ai pas toujours compris les réactions et comportements d’ailleurs. Malgré quelques longueurs, j’ai apprécié la construction du roman, l’intrigue bien menée et ses personnages contemporains. Ce n’est donc pas un coup de cœur donc mais une lecture sympathique.

Résumé: “Chloé et Louise ont peu de choses en commun mais l’amitié qui les lie est indéfectible. Après un douloureux divorce, Louise a décidé de devenir fleuriste. Et si Chloé est dentiste, c’est avec plaisir qu’elle consacre ses après-midi à aider son amie, ça la change des molaires. Jusqu’au jour où une surprise macabre les attend dans l’arrière-boutique : un type très très mort au milieu des branches d’amandier. Pas de panique, les innocents ne vont pas en prison. Mais lorsque les preuves commencent à s’accumuler contre nos deux héroïnes, le calme n’est plus de mise.”

25 – Le jeu du chuchoteur – Donato Carrisi – Le Livre de Poche

Après avoir découvert Le Chuchoteur  il y a quelques années, je me suis lancée dans la lecture de ce nouveau titre de la même série. Si je suis rapidement rentrée dans l’histoire et que je l’ai lu en une seule journée, je reste tout de même un peu sur ma faim. En effet, si Donato Carrisi arrive, entre rebondissements et mystères, à mener son lecteur par le bout du nez, il est allé trop loin à mon sens cette fois et m’a perdue. J’ai fini par décrocher, je n’ai pas été si surprise de la toute fin et n’y ai pas trouvé un grand intérêt. J’ai trouvé que l’intrigue avançait trop rapidement, d’autant plus que la thématique choisie est un peu complexe, il faut bien rester concentré pour ne pas se mélanger et suivre. Un bon thriller certes, mais un peu trop pensé comme un casse-tête, délaissant un peu trop la vraisemblance du roman.

Résumé: “En pleine nuit d’orage, l’appel au secours d’une famille. Autour de leur maison, un homme à capuche qui rôde. La police n’arrive qu’au petit matin. Le spectacle d’un carnage: du sang partout. Mais aucun corps. Ni parents. Ni enfants. Mila, experte en enlèvements, ne voulait plus du tout enquêter mais tout porte à croire que le Chuchoteur est de retour. Mila n’a pas le choix : il faut à tout prix l’empêcher de frapper à nouveau.”

26 – Popcorn melody – Émilie de Turckheim – Le Livre de Poche

Petite lecture rapide terminée rapidement qui n’aura pas su me convaincre. Le synopsis me faisait envie lorsque je l’ai trouvé dans la boîte à livres, malheureusement, je n’y ai pas retrouvé les éléments qui m’avaient plu. Le style de l’autrice n’a pas réussi à me faire rentrer dans l’histoire, je n’ai pas accroché aux personnages, à m’y intéresser, dommage.

Résumé: “Tom Elliott tient une supérette dans un trou perdu du Midwest. Malgré les rayons désespérément dégarnis, les clients défilent du matin au soir. Ce succès, Tom le doit au fauteuil, devant la caisse, où chacun s’assoit pour livrer ses secrets… Jusqu’au jour où jaillit du trottoir d’en face un fabuleux hypermarché climatisé. Comment combattre un concurrent si déloyal ? Tom n’a que deux armes : sa folie douce et son amour de la poésie”

27 – La chasseresse – Kate Quinn – Hauteville

J’avais un peu d’appréhension à me lancer dans un roman historique car j’en lis assez peu, mais j’ai été agréablement surprise par la plume très fluide et très agréable à lire de l’autrice. L’histoire se déroule en trois temps et à travers le parcours de trois personnages dont les destins seront entremêlés. Malgré quelques longueurs au milieu du roman, j’ai trouvé la plume immersive et captivante et les personnages vraiment bien développés, avec une préférence pour Jordan, dont j’ai aimé suivre l’évolution. Une belle découverte donc qui me pousse à m’intéresser davantage à ce genre.

Résumé: “1944. L’Union Soviétique est le seul pays possédant une escadrille de femmes bombardiers. L’intrépide Nina Markova et ses compagnes, les « Sorcières de la Nuit », défendent le ciel contre les nazis. Mais quand Nina s’écrase en territoire ennemi et se trouve confrontée à une impitoyable meurtrière, sa vie ne tient qu’à un fil. Hanté par les horreurs de la guerre, le journaliste anglais Ian Graham se lance dans la traque des criminels de guerre nazis. Une dangereuse cible persiste néanmoins à l’esquiver. Une tueuse connue sous le nom de « La Chasseresse » – et seule Nina, une des rares à avoir réussi à lui échapper, peut servir d’appât. Dans le Boston d’après-guerre, Jordan McBride accueille sa nouvelle belle-mère. Or, en se plongeant dans le passé de cette femme mystérieuse, elle y découvre une multitude de sombres secrets. Et un danger manifeste.”

28 – La marque du tueur – Chris Carter – Pocket

Je viens de terminer ce roman trouvé cette fois encore dans une boîte à livres et c’était plutôt une belle surprise. J’ai tout de suite été happée par l’intrigue. On est plongée dans l’enquête immédiatement et on enchaine les pages sans s’en rendre compte. Malgré l’horreur des crimes perpétrés, j’ai bien accroché à ce thriller. Le personnage principal d’Hunter m’a bien plu et le suspens est bien maintenu, entre fausses pistes et manipulations. Cependant, si l’explication de la révélation finale m’a vraiment plu, j’avais émis l’idée de ce tueur assez tôt, sans raison particulière d’ailleurs. Cet aspect m’a donc un peu déçue mais je n’avais pas imaginé une seule seconde les raisons de ce crime et tout ce qui y est lié. Ce roman fait parti d’une série, je pense cependant m’arrêter là et le lire en one-shot mais j’ai passé un bon moment de lecture.

Résumé: “Dans les bois de L.A., une jeune femme est retrouvée sauvagement assassinée. Sans visage. Sa peau a été arrachée alors qu’elle était encore en vie. Taillée sur sa nuque, une marque que le détective Rob Hunter ne connaît que trop bien : un double crucifix… Et pourtant, Hunter croyait avoir arrêté le Tueur au crucifix deux ans plus tôt. S’agit-il d’un imitateur ? Mais comment celui-ci aurait-il eu accès à ce détail de l’enquête jamais rendu public ? Ou alors il faut admettre le pire : le vrai coupable court toujours. C’est le début d’une traque de tous les dangers qui va conduire Hunter des clubs branchés du Strip Boulevard aux planques isolées du Griffith Park en passant par les villas de Malibu et les bas-fonds de Pasadena.”

29 – Au paradis des manuscrits refusés – Irving Finkel – 10 18

J’ai lu ce roman que j’ai déniché dans ma librairie d’occasion et choisi notamment grâce à sa jolie couverture qui avait su me séduire, tout comme la quatrième de couverture. Tout était fait pour que je passe un bon moment de lecture, malheureusement je me suis grandement ennuyée. Il n’y a pas d’histoire à proprement parler (il s’agit plutôt d’une succession de situations), aucun enjeu réel non plus et je n’ai pas été séduite par l’humour du roman. C’est donc un raté pour moi, dommage, la couverture était si prometteuse

Résumé: “Contrairement à ce qu’on pourrait penser, la vie dans la Bibliothèque des Refusés – qui renferme tous les manuscrits refusés par les éditeurs, n’est pas de tout repos… Sanctuaire ovni niché dans la campagne anglaise, dirigée par d’excentriques érudits, La Bibliothèque des Refusés accueille TOUS les manuscrits retoqués par les éditeurs. Mais entre l’agaçante nouvelle bibliothécaire, une actrice grimée en étudiante fouinant des idées de films, des cambrioleurs un peu gogos et le défilé des aspirants écrivains, la mission n’est pas de tout repos !”

30 – La femme de paille – Catherine Arley – Éditions du Masque

J’ai terminé il y a quelques temps ce roman trouvé il y a quelque temps dans une boîte à livres et j’avoue ne toujours pas savoir quoi penser de cette histoire. J’ai trouvé que tout allait trop vite et manquait de cohérence. La fin me semblait évidente depuis le début et peu crédible. C’est une histoire franchement cruelle et j’ai du mal à en comprendre l’intérêt mais j’ai pu voir que c’était le genre de l’autrice et qu’elle avait un public fidèle, friant de ses histoires révélant le sadisme et la méchanceté dont est capable l’humain, ça m’interroge donc. De mon côté je pense m’arrêter là avec cette autrice, personnellement je n’ai pris aucun plaisir à lire cette histoire, il n’y a aucun suspens comme dans un polar et il ne se passe pas grand chose.

Résumé: “En n’ouvrant la porte, elle crut que ce vendredi serait semblable aux autres, ni plus gai, ni plus triste. Pourtant, elle ne devait jamais, par la suite, oublier ce jour où se déclencha la machination. Chaque semaine, Hildegarde lit les petites annonces dans le courrier du cœur du journal. Mais, dans son cas, les sentiments n’ont rien à y voir. À trente-quatre ans, Hildegarde ne cherche pas l’amour ; elle cherche la fortune, elle qui a tout perdu pendant la Seconde Guerre mondiale. Un jour, la chance lui sourit enfin. Un vieux millionnaire cherche de la compagnie. Mais, s’il est immensément riche, il est aussi odieux, raciste et cruel. Et son homme de confiance profondément manipulateur. Hildegarde a la détermination de ceux qui n’ont rien. Et de la détermination, il lui en faudra si elle veut arriver à ses fins.”

31 – Pas de pot pour la jardinière – Mc Beaton – Albin Michel

Sans surprise, j’ai encore passé un excellent moment avec Agatha, je ne me lasse pas de ses aventures et j’ai déjà hâte de lire les autres tomes!

Résumé: ” De retour dans les Cotswolds après de longues vacances, Agatha Raisin découvre que son voisin James Lacey, objet de tous ses fantasmes, est tombé sous le charme d’une nouvelle venue au village. Aussi élégante qu’amusante, Mary Fortune est une jardinière hors pair, et la journée portes ouvertes des jardins de Carsely s’annonce déjà comme son triomphe. Mais une Agatha Raisin ne s’incline pas avant d’avoir combattu (quitte à se livrer à l’une de ces petites supercheries peu reluisantes dont elle a le secret) ! C’est alors que la belle Mary est retrouvée morte, enfoncée tête la première dans un de ses grands pots de fleurs. De toute évidence, Agatha n’était pas la seule à souhaiter la disparition de sa rivale.. “

32 – Le fabuleux voyage du carnet des silences – Clare Pooley – Le Livre de Poche

J’ai voulu lire ce roman au moment même où j’ai croisé sa si jolie couverture sur Instagram. Et puis une histoire de carnet, c’était forcément pour moi! J’ai tout de suite accroché à l’atmosphère cosy du roman et la plume agréable de l’auteur m’a fait tourner les pages les unes après les autres sans m’en rendre compte. J’ai passé un excellent moment de lecture avec ces personnages attachants et si drôles. J’ai été touchée par ces parcours de vie et ce lien créé grâce à ce fameux carnet, mais aussi par la façon dont les choses peuvent changer à partir d’une décision qui peut paraître anodine au départ. C’est une lecture réconfortante, douce et tendre qui m’a fait voyagé un peu, sourire beaucoup et émue surtout

Résumé: “Monica a abandonné sa carrière d’avocate pour réaliser son rêve : ouvrir un café sur Fulham Road. Le jour où un de ses clients oublie son carnet sur une table, elle ne peut s’empêcher de le lire. Les premières pages lui révèlent la confession de Julian Jessop, un artiste excentrique, âgé de soixante-dix-neuf ans qui exprime toute sa tristesse et sa solitude depuis la mort de sa femme.
Touchée par cette idée de révéler des sentiments intimes à des inconnus, Monica décide de continuer le carnet avant de le déposer dans un bar à vin. Au risque de voir son destin bouleversé de manière inattendue…

33 – Désolée, je suis attendue – Agnès Martin-Lugand – Michel Lafond

J’avais déjà lu les deux premiers romans d’Agnès Martin-Lugand et j’avais beaucoup aimé, sans toutefois faire de ses autres romans une priorité de lecture pour moi, de peur de retrouver un peu le même genre d’histoires et de me lasser. Les gens heureux lisent et boivent du café (et sa suite La vie est facile ne t’inquiètes pas) m’avait attirée par ce titre prometteur et cette jolie couverture et a su me séduire et me toucher notamment par l’universalité des sentiments évoqués. C’était donc l’occasion parfaite pour découvrir un peu plus l’univers de l’autrice et je suis ravie de cette trouvaille, j’ai passé un excellent moment. J’ai immédiatement été embarquée dans cette histoire et intriguée par le revirement de personnalité de Yaël. J’ai été surprise et étonnée par la force et la volonté de cette femme pour qui réussir professionnellement est plus important que tout et pour qui la notion de douceur de vivre est complètement incongrue.C’est un personnage si éloignée de moi que j’ai aimé le découvrir et le voir évoluer sous une plume légère et agréable.

Résumé: “Brillante interprète pour une agence de renom, Yaël enchaîne les réunions et les dîners d’affaires sans jamais se laisser le temps de respirer. Les vacances, très peu pour elle, l’adrénaline est son moteur. Juchée sur ses éternels escarpins, elle est crainte de ses collègues, et ne voit quasiment jamais sa famille et ses amis qui s’inquiètent de son attitude. Peu lui importe les reproches qu’on lui adresse, elle a simplement l’impression d’avoir fait un autre choix, animée d’une volonté farouche de réussir. Mais le monde qu’elle s’est créé pourrait vaciller face aux fantômes du passé”

34 – Retrouve-moi si tu peux– S.K Barnett – Hauteville

J’ai adoré ce polar qui a su me captiver immédiatement. Je suis tout de suite rentrée dans l’intrigue et j’avais hâte de découvrir le fin mot de l’histoire. J’avais imaginé plusieurs fins mais pas la bonne, je me suis fait surprendre et j’ai adoré ça! Le suspense est bien maintenu jusqu’au bout, la plume est fluide et agréable à lire, une véritable découverte!

Résumé: ” À force de t’attendre, on te croyait morte… Jenny avait six ans lorsqu’elle a été enlevée en pleine rue dans une paisible zone résidentielle. Personne n’a rien vu, rien entendu. Bouleversée par cette disparition, alors que les chances de la retrouver sont infimes, sa famille la croit morte. Douze ans plus tard, elle revient miraculeusement auprès des siens après avoir échappé à ses ravisseurs. Mais tandis que ses parents et son frère l’accueillent au sein du foyer et que des hordes de journalistes cernent la maison, les questions commencent à s’accumuler. Où a-t-elle vécu pendant toutes ces années ? Pourquoi est-elle de retour maintenant ? Et est-elle vraiment en lieu sûr chez elle ?”

35 – Broadway – Fabrice Caro – Gallimard

Après avoir absolument adoré Le Discours, j’avais hâte de me plonger dans Broadway pour retrouver la plume absurde, décalée et hilarante de FabCaro. Malheureusement, même si j’ai effectivement ri par moments, je suis globalement restée sur ma faim et j’ai trouvé que le roman manquait d’enjeu et trainait quelques longueurs.

Résumé: ” La vie n’est pas une comédie musicale. Une femme et deux enfants, un emploi, une maison dans un lotissement où s’organisent des barbecues sympas comme tout et des amis qui vous emmènent faire du paddle à Biarritz… Axel pourrait être heureux, mais fait le constat, à 46 ans, que rien ne ressemble jamais à ce qu’on avait espéré. Quand il reçoit un courrier suspect de l’Assurance maladie, le désenchantement tourne à l’angoisse. Et s’il était temps pour lui de tout quitter? De vivre enfin dans une comédie musicale de Broadway?”

36 – Remède de cheval – Mc Beaton – Albin Michel

Je me suis lancée dans la lecture de cette saga de cosy mystery il y a 2 ans, en démarrant évidemment par le premier tome, puis j’en ai lu deux autres sans suivre l’ordre, ce qui m’a finalement dérangé, je reprends donc l’ordre avec celui-là et c’est toujours un plaisir. Cette quinquagénaire qui n’a peur de rien et fonce bille en tête dans chacune de ses idées m’amuse beaucoup. Les enquêtes sont sympathiques et les personnages drôles et attachants, c’est un plaisir à lire. Puis le cadre des Cotswolds me fait rêver, je me projette tellement dans l’un de ces petits cottages charmants!

Résumé: ” Après la pluie, le beau temps ! Agatha Raisin est désormais bien installée dans son cottage de Carsely en compagnie de ses deux chats. Cerise sur le pudding, le nouveau vétérinaire du village ne semble pas insensible à ses charmes. Quand le beau véto succombe à une injection de tranquillisant destinée à un cheval rétif, la police locale conclut à un malencontreux accident. Mais pour Agatha, dont le flair a permis de résoudre l’affaire de La Quiche fatale, il s’agit bien d’un meurtre. À l’étonnement de tous, le séduisant colonel James Lacey partage pour une fois l’avis de son entreprenante voisine. Et nos deux détectives-amateurs se lancent dans une enquête bien plus périlleuse qu’ils ne l’imaginaient…”

37 – Le club des philosophes – Alexander McCall Smith – Éditions du Masque

Ce cosy mystery écossais me faisait envie depuis très longtemps et je suis tombée dessus dans ma librairie d’occasion, il était donc temps de le découvrir enfin. Le point de départ me parlait beaucoup, cette quadragénaire philosophe qui assiste à la mort d’un jeune homme qui chute depuis la rambarde d’un théâtre à la fin d’une représentation et qui se met en tête qu’il ne s’agit pas d’un accident, voilà qui promet une belle enquête. Malheureusement, je n’ai pas accroché aux histoires parallèles, seule l’enquête et son avancée ont su me capter et j’ai trouvé sa résolution trop rapide et un peu trop simple, c’est vraiment dommage. J’ai tout de même passé un bon moment de lecture mais je reste sur ma faim…

Résumé: ” Isabel Dalhousie, quadragénaire célibataire et financièrement indépendante, vit à Édimbourg où elle est rédactrice en chef de la très respectée Revue d’éthique appliquée. Elle préside aussi le club des philosophes amateurs qui se rassemble chez elle. Isabel s’intéresse à des problèmes qui, à parler franc, ne la regardent en aucune façon – à commencer par ceux qui sont du ressort de la police. Elle est convaincue que la mort d’un jeune homme pendant un concert dans l’Usher Hall est bien plus suspicieuse qu’une chute innocente. Isabel mène l’enquête où brouillard, meurtre et devoir moral fusionnent en un seul et même sujet. “

Écrire un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It