Bonjour à tous!

Avant de partager avec vous quelques idées de lectures ainsi que ma PAL de l’été, je reviens d’abord vous parler de mes lectures du printemps. Il y en a un certain nombre et encore une fois, tous les styles. Je me concentre cette fois encore sur les romans, mais j’aimerais vraiment vous proposer un billet consacré à mes lectures lifestyle et développement personnel lues depuis plus d’un an, pourquoi pas à la rentrée, lorsque l’on parlera résolutions! En attendant, voici mon avis sur mes dernières lectures!

1) La Jeune Fille et la Nuit – Guillaume Musso – Calmann Lévy

Comme tous les ans au printemps, le nouveau roman de Guillaume Musso m’attendait cette année encore bien sagement en librairie! Mon petit rituel depuis tant d’années est toujours aussi agréable et précieux, je ne m’en lasse pas. Cette année, j’ai embarqué ce nouveau roman lors de mes vacances en Normandie, pour le lire tranquillement sur la plage et essayer d’en profiter un maximum en ralentissant la lecture, avant de finir, finalement, par lire les 250 dernières pages d’une traite en rentrant et ce jusqu’à 3h du matin. Voilà donc qui devrait vous aiguiller quant à mon appréciation de ce nouveau roman. Sans surprise, c’est à nouveau un coup de coeur. Guillaume Musso a décidé de changer de décor cette fois-ci en délaissant totalement les États-Unis pour le sud de la France et j’ai été ravie de ce changement qui est parfaitement réussi et qui apporte un peu de renouveau. J’ai encore une fois été captivée et happée par l’histoire, impossible de résister à l’envie d’en savoir davantage! Sans conteste, ce nouveau roman est complètement addictif! 

Résumé: « Un campus prestigieux figé sous la neige, trois amis liés par un secret tragique, une jeune fille emportée par la nuit. Côte d’Azur – Hiver 1992 : Une nuit glaciale, alors que le campus de son lycée est paralysé par une tempête de neige, Vinca Rockwell, 19 ans, l’une des plus brillantes élèves de classes prépas, s’enfuit avec son professeur de philo avec qui elle entretenait une relation secrète. Pour la jeune fille, « l’amour est tout ou il n’est rien ». Personne ne la reverra jamais. Côte d’Azur – Printemps 2017: Autrefois inséparables, Fanny, Thomas et Maxime – les meilleurs amis de Vinca – ne se sont plus parlé depuis la fin de leurs études. Ils se retrouvent lors d’une réunion d’anciens élèves. Vingt-cinq ans plus tôt, dans des circonstances terribles, ils ont tous les trois commis un meurtre et emmuré le cadavre dans le gymnase du lycée. Celui que l’on doit entièrement détruire aujourd’hui pour construire un autre bâtiment. Dès lors, plus rien ne s’oppose à ce qu’éclate la vérité. Dérangeante – Douloureuse – Démoniaque…

2) Une filles comme elle – Marc Levy – Robert Laffont

Comme je vous le disais il y a peu, les éditions Robert Laffont m’ont fait parvenir le dernier roman de Marc Levy afin de pouvoir le lire en prévision d’un brunch avec l’auteur autour du roman (je vous en parlais ICI). C’était une grande première pour moi puisque je n’avais pas lu Marc Levy depuis très très longtemps et pour tout vous dire, j’ai toujours plus fait parti de la Team Musso justement, que de la team Levy, puisque les deux auteurs sont souvent opposé. Malgré tout, j’ai eu envie d’accepter et de revoir mon opinion car je suis curieuse et mes lectures depuis quelques temps sont bien plus éclectiques que par le passé! Il faut dire en plus que la couverture, dessinée par l’épouse de Marc Levy, est particulièrement jolie et me faisait très envie (je fonctionne aussi beaucoup comme ça dans le choix de mes lectures et j’assume ^^!). Résultat? J’ai passé un très chouette moment de lecture, il s’agit d’une jolie histoire, plutôt feel-good et qui aborde des thèmes importants, les personnages sont attachants à souhait et l’auteur glisse des anecdotes amusantes tout au long de son récit. J’ai donc été ravie d’être curieuse et je pense me pencher de nouveau vers les romans de Marc Levy! Une belle découverte!

Résumé: « New York, sur la 5e Avenue, s’élève un petit immeuble pas tout à fait comme les autres… Ses habitants sont très attachés à leur liftier, Deepak, chargé de faire fonctionner l’ascenseur mécanique, une véritable antiquité. Mais la vie de la joyeuse communauté se trouve chamboulée lorsque son collègue de nuit tombe dans l’escalier. Quand Sanji, le mystérieux neveu de Deepak, débarque en sauveur et endosse le costume de liftier, personne ne peut imaginer qu’il est à la tête d’une immense fortune à Bombay… Et encore moins Chloé, l’habitante du dernier étage. Entrez au N°12, Cinquième Avenue, traversez le hall, montez à bord de son antique ascenseur et demandez au liftier de vous embarquer… dans la plus délicieuse des comédies new-yorkaises ! »

3) Big Bones – Laura Dockrill – Robert Laffont

Là encore, il s’agit d’une réception de la part de Robert Laffont que j’ai été très curieuse de recevoir. Le synopsis me plaisait bien car il reflète une tendance très actuelle et j’aimais les idées de bienveillance, de respect et d’ouverture d’esprit qu’il semblait véhiculer. Si l’histoire ne m’a pas toujours convaincue, j’ai tout de même passé un bon moment de lecture et j’ai aimé son originalité et la façon dont était fait passer certains messages de tolérance et de bienveillance là encore. Je ne suis peut-être plus la cible idéale pour cette lecture à mon sens plus jeunesse, mais je suis ravie de voir que de telles histoires soient publiés et lues par la nouvelle génération, c’est nécessaire! 

Résumé: « Je ne suis pas grosse, j’ai juste de gros os ! Salut, moi, c’est Bluebelle, alias BB, alias Big Bones, rapport à mes  » gros os « . J’ai seize ans, je suis une gourmande, et je ne m’en cache pas. En même temps, ce serait un peu difficile à dissimuler, vu mes rondeurs… Seul souci, après une crise d’asthme, maman m’a emmenée chez un médecin qui m’a OBLIGÉE à tenir un journal de ce que je mange. Sauf que moi, je m’aime comme je suis, et je n’ai aucune envie de guérir puisque je ne suis pas malade ! »

4) Vers la beauté – Davis Foenkinos – Gallimard

SI vous suivez un peu mes « chroniques » lecture, vous devez avoir constaté que David Foenkinos revenait aussi régulièrement par ici. Peu importe l’histoire avec cet auteur, je sais qu’elle sera toujours racontée avec douceur et poésie et c’est ce qui me plait. Encore une fois et sans surprise, c’est un immense coup de coeur pour cette histoire et sa fin, que je n’avais pas vu venir et qui m’a beaucoup touchée. J’y ai retrouvé la délicatesse du style de Foenkinos mais aussi son sens du style et sa pudeur dans la façon de relater les choses. Je ne voudrais pas trop vous en dire sur l’histoire en elle même mais pour ma part, j’ai été très très surprise de la façon dont a tourné l’histoire, je me suis plutôt laissée porter par la douceur des mots dans la première partie avant d’être happée par la force de l’histoire dans la seconde partie. Sans conteste l’un de ses romans les plus forts! 

Résumé: « Antoine Duris est professeur aux Beaux-Arts de Lyon. Du jour au lendemain, il décide de tout quitter pour devenir gardien de salle au Musée d’Orsay. Mathilde Mattel, DRH du Musée, est rapidement frappée par la personnalité de cet homme taciturne, mystérieux, spécialiste de Modigliani, qui a choisi de s’effacer dans une fonction qui ne correspond pas à ses compétences reconnues. Antoine est affecté à la salle des Modigliani, et Mathilde le surprend parfois à parler à mi-voix au portrait de Jeanne Hébuterne, la fiancée du peintre au destin tragique. Il fuit tout contact social, même si Mathilde ne le laisse pas indifférent. Personne ne connaît les raisons de cette reconversion ni le traumatisme qu’il vient d’éprouver. Pour survivre, cet homme n’a trouvé qu’un remède, se tourner vers la beauté. « 

5) Les loyautés – Delphine De Vigan – JC Lattès

Deuxième lecture seulement pour moi de cet autrice très reconnue et encore une fois, j’ai beaucoup apprécié. J’ai dévoré le livre quasiment d’une traite, malgré son histoire difficile et déchirante par moment. J’ai été happée par l’écriture, efficace et directe, sans jugement, sans analyse et qui laisse peu de répit au lecteur qui encaisse en permanence et qui veut aller au bout. Le roman est assez court mais dit beaucoup sur des sujets complexes et primordiaux. Un roman efficace, poignant et particulièrement bien écrit. 

Résumé: « Chacun de nous abrite-t-il quelque chose d’innommable susceptible de se révéler un jour, comme une encre sale, antipathique, se révélerait sous la chaleur de la flamme ? Chacun de nous dissimule-t-il en lui-même ce démon silencieux capable de mener, pendant des années, une existence de dupe ? »

6) Le parfum du bonheur est plus fort sous la pluie – Virginie Grimaldi – Le Livre de Poche

Voilà désormais un nouveau petit rituel lecture: la sortie poche du dernier roman de Virginie Grimaldi. Ses deux précédant romans ayant été de véritables coup de coeurs, j’attendais de lire celui-ci avec impatience et encore une fois, il m’a touché en plein coeur.  Il ne m’a pas fallu plus de 48h pour le dévorer et le terminer, en larmes. Cette fois encore, j’ai pris une vraie claque, j’ai été émue, touchée, j’ai ris franchement et pleurer beaucoup. Ce moment de lecture a été précieux, c’est un témoignage fort, percutant, rempli d’amour et qui m’a véritablement bouleversée. Je ne m’attendais à pas ça mais comme toujours, Virginie Grimaldi m’a surprise. Il s’agit sans conteste de ces lectures qui marquent, dont on se souvient et qui restera je pense l’une des plus fortes de l’année. La plume de Virginie Grimaldi ne cesse de me toucher en plein coeur et j’ai déjà hâte de lire son petit dernier! 

Résumé: « « Je ne t’aime plus. » Il aura suffi de cinq mots pour que l’univers de Pauline bascule. Installée avec son fils de quatre ans chez ses parents, elle laisse les jours s’écouler en attendant que la douleur s’estompe. Jusqu’au moment où elle décide de reprendre sa vie en main. Si les sentiments de Ben se sont évanouis, il suffit de les ranimer. Chaque jour, elle va donc lui écrire un souvenir de leur histoire. Mais cette plongée dans le passé peut faire resurgir les secrets les plus enfouis. »

7) Briser la glace – Julien Blanc-Gras – Le Livre de Poche

Je vous en ai déjà parlé à plusieurs reprises et je vous en parle à nouveau: Julien Blanc-Gras, mon auteur globe-trotteur favoris revient avec un nouveau récit immersif, au Groenland cette fois-ci. Après avoir raconté son expérience aux quatre coins du monde, Julien Blanc-Gras s’attaque encore à un nouveau continent, et revient avec le plein de nouvelles coutumes et habitudes, de nouvelles rencontres marquantes et de nouvelles anecdotes à nous raconter. C’est toujours aussi passionnant, curieux, drôle, décalé et pertinent. Je vous en ai déjà parlé à plusieurs reprises mais vraiment, si vous ne connaissez pas, faites cette découverte, on apprend sur le monde et ses habitants sans jamais s’ennuyer, bien au contraire! Et plus, tous ses romans/récits sont en poche, l’idéal pour l’été!

Résumé: « Une immersion polaire tout en finesse par un écrivain-voyageur au ton unique. Ni aventurier, ni ethnologue, ni sportif, ce « Touriste » faussement candide relate un périple au Groenland où l’on croise des chasseurs de baleine et des aurores boréales, des pêcheurs énervés et des dealers fanfarons, des doux rêveurs et surtout des icebergs. Beaucoup d’icebergs. En ville, devant les glaciers ou sur les flots, les rencontres incongrues et les panoramas grandioses invitent à la réflexion. »

8) Novocento : pianiste – Alessandro Baricco – Folio

Voici une lecture différente de ce que j’ai l’habitude de lire aussi bien par l’histoire que par la forme mais je dois dire qu’il s’agit d’une belle découverte. Ce texte assez poétique relate une histoire incroyable et passionnée, ça se lit tout seule, d’une traite et c’est parfait pour découvrir de nouveaux horizons, dans tous les sens du terme. De mon côté, je pense lire autre chose de l’auteur et tenter de découvrir un peu plus son univers bien marqué. 

Résumé: « Lemon Novecento est né sur le Virginia, un bateau qui fait la traversée de l’océan Atlantique vers l’Amérique. Jamais, il n’en est jamais descendu. Il est devenu le pianiste de l’orchestre et de l’Océan… Sa vie étrange et poétique est racontée à travers celle d’un trompettiste engagé sur le bateau qui va passer six ans à ses côtés. Avec étonnement, il entend les légendes qui entourent ce pianiste virtuose avant de devenir son ami. Ainsi, il découvre d’où vient la merveilleuse musique que joue le talentueux Novecento. Jamais entendue, elle rend fou les plus grands pianistes comme Jelly Roll Morton, l’inventeur du jazz. « 

9) Mon midi mon minuit – Anna McPartlin – Pocket

Attention, coup de coeur! L’année dernière, dans ma PAL d’automne, se trouvait le premier roman d’Anna McPartlin, Les derniers jours de Rabbit Hayes, un best-seller qui, de mon côté, m’a plutôt laissé de marbre. Pourtant, je sentais à travers l’écriture de l’autrice, que je pouvais apprécier ses autres histoires, j’ai donc tenté avec celui-ci et là, révélation, j’ai été totalement séduite! L’histoire d’Emma m’a bouleversé, captivé, enthousiasmé à tel point que j’ai, là aussi, essayé de ralentir ma lecture pour profiter de ces personnages tant je les aimais, tant il me touchait. J’avais la sensation d’appartenir à cette bande d’amis si touchante qui traverse la vie ensemble, malgré les coups durs qu’elle peut réserver. C’est plein d’humanité, c’est tendre, difficile, charmant, on souri, on est ému et complètement embarqué avec eux… Une lecture magnifique à côté de laquelle il serait dommage de passer! 

Résumé:  » À la suite d’un drame, le monde d’Emma, jusque-là rempli de promesses, s’effondre. La jeune femme plonge dans le désespoir. Ses amis font alors bloc autour d’elle pour tenter de lui redonner le goût de vivre… Comment survivre à la perte et au chagrin ? Quel courage l’existence peut-elle parfois exiger de nous ? »

10) Aux petits mots les grands remèdes – Michaël Uras – Le Livre de Poche

Lorsque je suis tombée sur le synopsis de ce roman, je me suis dit qu’il était pour moi, et je ne me suis pas trompée! Vous le constaterez par vous-même, l’histoire est pour le moins originale et c’est assez rafraîchissant. Là encore ça se lit tout seul, le style est agréable et l’on passe un bon moment, c‘est le genre de lecture contemporaine parfaite pour un moment de cocooning! Original et sympathique! 

Résumé: « Alex, passionné par les livres, a choisi d’exercer le métier peu commun de bibliothérapeute. Sa mission : soigner les maux de ses patients en leur prescrivant des lectures. Yann, l’adolescent fragile qui s’est fermé au monde ; le cynique Robert, étouffé par son travail et qui ne sait plus comment parler à sa femme ; Anthony, la star de football refusant de s’avouer certaines de ses passions… Tous consultent Alex. Mais qui donnera des conseils au bibliothérapeute lui-même? La clé du bonheur se trouve-t-elle vraiment entre les lignes de ses livres chéris  ? »

11) La fille d’avant – JP Delaney – Le Livre de Poche

J’enchaine avec ce polar complètement addictif signé JP Delaney. J’aime beaucoup ce type de polar où l’on ne sait vraiment pas à quoi s’attendre et où on ne voit rien arriver jusqu’aux dernières lignes, on se laisse porter tout du long avant de se rendre compte que l’on s’est fait retourner le cerveau, jouissif! L’alternance des points de vue donne beaucoup de rythme à l’histoire et fait monter petit à petit la pression, les questions, les doutes et les suspections. J’ai dévoré ce roman en très peu de temps, voilà une excellente recommandation à vous faire pour l’été! 

Résumé: « Après un drame éprouvant, Jane cherche à tourner la page. Lorsqu’elle découvre le One Folgate Street, elle est conquise par cette maison ultra moderne, chef d’oeuvre de l’architecture minimaliste, parfaite. Mais pour y vivre, il faut se plier aux règles draconiennes imposées par son architecte, Edward Monkford, aussi mystérieux que séduisant. Parmi celles-ci : répondre régulièrement à des questionnaires déconcertants et intrusifs. Peu à peu, Jane acquiert une inquiétante certitude : la maison est pensée pour transformer celui qui y vit. Or elle apprend bientôt qu’Emma, la locataire qui l’a précédée et qui lui ressemble étrangement, y a trouvé une fin tragique .Alors qu’elle tente de démêler le vrai du faux, Jane s’engage sur la même pente, fait les mêmes choix, croise les mêmes personnes… et vit dans la même terreur que la fille d’avant. »

12) Les divines glaces à l’italienne d’Anna – Abby Clements – Pocket

Dans ma Summer PAL l’année dernière se trouvait un roman léger à souhait et absolument parfait pour l’été, La Merveilleuse Boutique de crèmes glacées de Viviane. La suite est sortie cette année et j’avais tellement aimé le premier volet des aventures d’Anna et Imogène que je n’ai pas su attendre cet été pour découvrir la suite de leur pérégrinations. Et je l’ai tout simplement dévoré! J’ai adoré retrouver cette famille si attachante, le style léger et délicat d’Abby Clements, l’atmosphère britannique que j’aime tant et le parfum estival de cette parenthèse sucrée en Italie. C’est un petit bonbon, doux et savoureux, une véritable lecture d’été réconfortante à souhait et légère! 

Résumé: « À Brighton, la vie d’Anna est bien remplie : lorsqu’elle ne s’occupe pas, avec Matteo, de la boutique de crèmes glacées héritée de sa grand-mère, elle consacre son temps à Isabella, leur petite fille de 15 mois. Quant à sa sour cadette, Imogène, elle file le parfait amour avec Finn, le professeur de surf, tout en essayant tant bien que mal d’exercer son métier de photographe. Lorsque Matteo révèle à Anna qu’il se sent de plus en plus malheureux loin de son pays, celle-ci réalise soudain qu’il est temps pour eux de donner à leur vie un nouvel élan en Italie. Quitte à devoir s’éloigner de sa sour dont elle est si proche. Si la perspective d’ouvrir une gelateria sur la côte amalfitaine s’avère terriblement excitante, un tel projet réserve aussi son lot d’embûches et de surprises. Loin des siens, avec pour seules armes ses recettes de glaces onctueuses, Anna réussira-t-elle à relever ce nouveau défi ? »

13) Happy Ending – Victoria Van Tiem – Harlequin

Cinéphiles romantiques, ce roman sera absolument parfait pour vous! Ici, on est clairement sur une romance ultra romantique 100% assumée et truffée de références aux comédies romantiques cultes que l’on aime tant (pour ma part en tout cas!). Là encore, c’est léger, tendre, amusant et franchement plaisant à lire. L’univers du roman est très lié au cinéma et j’ai beaucoup aimé ce côté, les scènes sont très visuelles, c’est typiquement le genre d’intrigues que j’adore voir de temps en temps au cinéma, on oublie tout et on se laisse porter par l’histoire. Délicieux!

Résumé: « La vie, c’est pas une comédie romantique. Shane Bennett. C’est le Hugh Grant de mon Journal de Bridget Jones personnel, le Richard Gere de mon Pretty Woman, le Patrick Swayze de mon Dirty Dancing. Bref, le garçon qui m’a brisé le cœur. Et qui choisit le jour où j’annonce mes fiançailles avec M. Parfait pour faire son grand retour dans ma vie. La seule chose à faire ? L’ignorer. Sauf qu’il tient mon avenir professionnel entre ses mains. Si je ne le convaincs pas de me confier le lancement de son nouveau restaurant, je perds mon job. Mais il ne signera qu’à une condition : que je rejoue avec lui les scènes cultes des dix comédies romantiques que nous aimions tant regarder ensemble à l’époque où je croyais encore à notre happy ending… »

14) Chroniques de New York – Cécile David-Weill – Le Livre de Poche

J’avais repéré ce livre dans une librairie française à New York mais le prix de l’importation m’avait refroidie, je suis donc allée me le procurer à mon retour, pour rester dans l’ambiance. Malheureusement, j’avoue avoir été un peu déçue, je n’ai pas tellement appris grand chose de plus et je n’ai pas accroché avec le style, un peu trop scolaire à mon goût. Cela dit, je pense que pour les amoureux de NY, c’est une lecture intéressante, et puis la couverture est si jolie..

Résumé: « New York, première destination touristique des Français, mais aussi mirage américain : une ville plus « cool », plus facile, plus rapide ? Il suffit de lire ces chroniques cocasses et surprenantes pour comprendre qu’il n’en est rien. Car l’auteur, qui y vit, nous livre une série de cas concrets et de problèmes, dont les réponses ne se trouvent dans aucun guide ! Quels sont les obstacles à surmonter pour ouvrir un compte en banque dans la « Grosse Pomme » ? Pourquoi est-ce un luxe d’y posséder un lave-linge ?Comment inscrire les enfants à l’école ? La copropriété est-elle une tyrannie ? Que se passe-t-il dans le bus en direction des Hamptons ? Dix illustrations éclairent d’un sourire à la New Yorker ces chroniques qui vous seront utiles, pour une semaine de vacances ou toute la vie. »

15) La Dernière des Stanfield – Marc Levy – Pocket

Lors du brunch avec Marc Levy, j’ai également reçue la nouveauté poche dont l’intrigue m’avait beaucoup attirée quelques jours avant à la Fnac, je me suis donc empressée de démarrer cette nouvelle histoire dont les personnages m’attiraient beaucoup. Le petit côté enquête m’a vraiment séduite, j’ai particulièrement aimé les différentes relations entre tous les protagonistes mais aussi le fait que l’histoire se déroule entre différents pays, dont le Canada, mon pays de coeur. L’intrigue en elle-même est pleine de surprise, ça se lit tout seul, encore une belle surprise!

Résumé: « Eleanor-Rigby est journaliste au magazine National Geographic, elle vit à Londres. Un matin, en rentrant de voyage, elle reçoit une lettre anonyme lui apprenant que sa mère a eu un passé criminel. George-Harrison est ébéniste, il vit dans les Cantons-de-l’Est au Québec. Un matin, il reçoit une lettre anonyme accusant sa mère des mêmes faits. Eleanor-Rigby et George-Harrison ne se connaissent pas. L’auteur des lettres leur donne à chacun rendez-vous dans un bar de pêcheurs sur le port de Baltimore. Quel est le lien qui les unit ? Quel crime leurs mères ont-elles commis ? Qui est le corbeau et quelles sont ses intentions ? Au cœur d’un mystère qui hante trois générations, La Dernière des Stanfield nous entraîne de la France occupée à l’été 44, à Baltimore dans la liberté des années 80, jusqu’à Londres et Montréal de nos jours.  » Marc Levy entraine le lecteur dans un vertigineux secret de famille.  » – Pierre Vavasseur, Le Parisien « 

16) Les amoureux  de l’Hôtel Montini – Mark Lamprell – Pocket

Je dois bien l’avouer, pour cette lecture, je me suis d’abord fiée à la couverture, très jolie, puis au titre et enfin, au synopsis qui mentionnait Rome au centre de l’histoire. Tout était réuni pour me faire passer un bon moment et pourtant, ce fut l’ennuie total, autant vous dire que j’ai été déçue! Je ne sais pas ce qu’il a manqué, mais je ne suis jamais rentrée dans l’histoire, j’ai même fini par lire en diagonale pour le terminer et passer à autre chose. Mais bon, ça arrive, ce n’était peut-être pas le bon moment pour le lire.

Résumé: « Une folle escapade dans la ville de l’amour par excellence ! Alice profite d’une dernière journée de liberté à Rome avant d’épouser un homme qu’elle n’a pas vraiment choisi. Meg et Alec sont à la recherche d’une faïence d’un bleu particulier, aperçue dans une chambre d’hôtel lors d’un voyage en amoureux des années auparavant. Lizzie et Constance, belles-sœurs et complices depuis toujours, sont là pour accomplir la dernière volonté du mari de l’une et frère de l’autre. Leurs histoires vont se croiser à l’hôtel Montini dont le magnifique carrelage bleu nuit dans l’une des chambres semble avoir une influence presque magique sur la vie de ceux qui y séjournent. Et, si tous ces personnages pensaient en avoir fini avec l’amour, Rome elle-même en a décidé autrement… »

Write A Comment

Pin It